GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    L'installation d'un tribunal pour juger les étrangers à Roissy crée la polémique

    media A partir d'octobre, les étrangers arrivés par un vol international et non admis à entrer en France, doivent être jugés dans une annexe du tribunal de Bobigny à l'aéroport de Roissy. AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

    En France, la polémique enfle au sujet de l'ouverture prochaine à l'aéroport de Roissy, au nord de Paris, d'une annexe du tribunal de Bobigny où doivent être jugés des étrangers non admis sur le territoire. Lundi 29 mai, une délégation d'avocats a réaffirmé leur opposition au projet lors d'une visite sur place.

    Le bâtiment se dresse à quelques dizaines de mètres des pistes d'atterrissage de l'aéroport de Roissy. Les avocats sont accueillis par Renaud Le Breton de Vannoise, président du tribunal de Bobigny. Il mène la visite et tente de les convaincre.

    « Ici il y a toutes les conditions matérielles réunies pour pouvoir assurer la dignité des personnes », assure-t-il.

    A (RE)LIRE → Les étrangers non admis sur le territoire bientôt jugés à Roissy

    Mais les locaux flambant neufs ne séduisent pas. Valérie Grimaud, bâtonnier de Seine-Saint-Denis, reste opposée à cette annexe. Selon elle, elle est trop éloignée du tribunal et cela portera préjudice aux étrangers qui y seront jugés.

    « Les gens qui sont en zone d'attente ne demandent pas une salle d'audience confortable, ils demandent la garantie de l'expression de leurs droits, plaide-t-elle. En isolant cette juridiction, personne ne viendra voir ce qui s'y passe. J'aurai beaucoup de difficultés, moi bâtonnier, pour assurer la sécurité de la décision judiciaire. »

    Les visiteurs font bloc devant leur représentante. Aucun d'eux ne veut de cette annexe.

    « Justice d'exception »

    La juge Laurence Blisson, secrétaire générale du Syndicat de la magistrature, demande au nouveau gouvernement d'enterrer ce projet. « Il est pour nous essentiel qu'il y ait un changement de cap, que clairement on dise que les personnes étrangères ne sont pas soumises à une justice d'exception, mais qu'elles sont jugées dans un tribunal et pas sur le tarmac », défend-elle. 

    Si les discussions avec le gouvernement n'aboutissent pas, le barreau de Seine-Saint-Denis envisage de se tourner vers la Cour de justice européenne pour tenter d'obtenir gain de cause.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.