GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Jean-Luc Mélenchon règle ses comptes

    media Candidat de la France insoumise à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon est candidat aux législatives à Marseille, dans le sud de la France. Ici le 20 mai 2017. BERTRAND LANGLOIS / AFP

    A deux jours des élections législatives en France, Jean-Luc Mélenchon a accordé un long entretien au magazine Society. François Hollande, le Parti socialiste, le Parti communiste, les médias, le quatrième de la présidentielle règle ses comptes. Et esquisse les contours de l'avenir de son mouvement la France insoumise.

    Dans l’interview-fleuve que Jean-Luc Mélenchon a accordée au magazine Society, la foudre s'abat d'abord sur son meilleur ennemi : François Hollande. L'ex-président est accusé par son ancien camarade socialiste d'être « un pauvre type, la plus éminente médiocrité du Parti socialiste ».

    L’aile gauche du PS en prend également pour son grade. Jean-Luc Mélenchon reproche à Montebourg, Hamon et consorts de n'avoir jamais franchi le pas en le rejoignant. « C'est trop tard », clame-t-il, déçu. De même, il reproche au Parti communiste de « bloquer » la recomposition de la gauche.

    Quant à ceux qui l'accusent d'être retombé dans l'outrance après sa défaite à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon répond que la conflictualité est sa stratégie politique. Et il brocarde, pêle-mêle, les « importants qui vous tuent le sourire aux lèvres », la classe moyenne supérieure « championne de l'évitement » ou encore les médias du service public qui « bourrent le crâne avec bonne conscience ».

    Surtout ne pas changer. Telle est la conduite que semble s'être fixée Jean-Luc Mélenchon, qui entend bien rester dans le jeu politique. Il veut pérenniser son mouvement et décrocher un groupe parlementaire pour « être dans l'action tout le temps ». « Tout le temps », insiste-t-il.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.