GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: décès du professeur Christian Cabrol, pionnier de la greffe cardiaque

    media Le professeur Christian Cabrol, ici en 2001, a réalisé en 1968 la première greffe cardiaque en Europe. PIERRE-FRANCK COLOMBIER / AFP

    Le professeur français Christian Cabrol, l'un des pionniers de la greffe cardiaque, est mort ce vendredi 16 juin à Paris à l'âge de 91 ans. Retour sur la vie de l'une des personnalités françaises les plus connues dans le domaine médical.

    C'est en 1968 que le professeur Cabrol réalise sa première greffe du cœur. A l'époque, le patient ne survivra que 53 heures. Mais pour le jeune professeur, ce sera le début d'une grande carrière. En 1982, il pratique aussi la première transplantation cardio-pulmonaire en France.

    Fils d'agriculteur, Christian Cabrol trouve le travail de la terre trop dur et préfère suivre les traces de son grand-père, médecin de campagne. Il se spécialise en chirurgie thoracique, pulmonaire et cardiaque, et part se perfectionner aux Etats-Unis où il expérimente la greffe chez le chien.

    L'homme avait la réputation d'être très humain et proche de ses patients, pourtant très nombreux puisqu'il a réalisé avec son équipe plus de 40 000 opérations à cœur ouvert et environ 1 500 greffes.

    Le chirurgien s'était également investi en politique sous les étiquettes RPR aux côtés de Jacques Chirac en 1988 et par la suite à l'UMP. Député européen et conseiller de Paris, Christian Cabrol a milité toute sa vie pour le don d'organes. « Quand on est mort, le seul risque qu'un donneur encourt est celui de sauver quelques vies », disait-il.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.