GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France:les soutiens aux migrants et réfugiés à Calais mobilisent

    media Les ONG dénoncent l'absence de prise en charge sanitaire des réfugiés mais aussi le harcèlement et la pression policière exercés sur eux, Calais, le 1er juin 2017. REUTERS/Pascal Rossignol

    Onze associations qui viennent en aide aux migrants à Calais dans le nord de la France, ont déposé cette semaine un recours devant le tribunal administratif de Lille. Cinq à 600 exilés parmi lesquels des femmes et des enfants mineurs sont revenus dans la «jungle» depuis le démantèlement du site en octobre dernier. Mais, selon les associations, les migrants sont privés des droits fondamentaux de base, raison pour laquelle elles ont saisi le juge afin qu'il oblige l'Etat à prendre ses responsabilités.

    Les associations, dont le Secours catholique, la Cimade, la Ligue des droits de l'Homme, les organisations humanitaires britanniques Care 4 Calais et Help Refugees ou encore les associations calaisiennes Salam et L'Auberge des migrants, dénoncent depuis plusieurs semaines un durcissement des forces de l'ordre à l'égard des migrants revenus à Calais après le démantèlement par les autorités de la « jungle » où de 6.000 à 8.000 migrants vivaient dans des abris de fortune, avec l'espoir de passer en Angleterre.

    Les distributions de vivres et d'eau entravées

    Les associations se plaignent notamment, depuis plusieurs semaines, d'entraves à leur distribution de vivres et du harcèlement des forces de l'ordre. Mercredi, Jacques Toubon s'était inquiété d' « atteintes aux droits fondamentaux » des migrants à Calais en des termes vigoureux puisque le Défenseur des droits (institution indépendante de l'État français créée en 2011), a pointé des faits d'une « exceptionnelle et inédite gravité » et dénoncé une « sorte de traque ».

    « La situation est dramatique. Il y a 5 à 600 personnes dont nombre de mineurs isolés qui tentent de survivre. Une seule distribution alimentaire est tolérée par jour, pendant une heure. En dehors de ce créneau horaire il nous est interdit de leur donner à boire, à manger, il n’y a pas d’accès à un dispositif minimum d’hygiène », explique à RFI Vincent Conninck, chargé de mission à Calais au Secours Catholique Caritas France, qui regrette l'absence de dialogue avec les autorités.

    « Donc comme le dialogue n’est pas possible nous sommes contraints de saisir le juge et de lui demander d’enjoindre les autorités à agir pour modifier cette situation ».

    « Une question de survie » pour les migrants

    Les associations se félicitent de la prise de position du Défenseur des droits. « Ce qui est certain c’est que pour le coup nous avons une institution reconnue, une institution de la République, neutre, qui est venue observer les choses et qui dénonce ce que nous dénonçons depuis plusieurs semaines. Donc je pense que le juge du tribunal administratif peut se prévaloir de la neutralité et de la rigueur avec laquelle cette institution républicaine, qui est le Défenseur des droits, pose un regard et une parole sur ce qui se passe à Calais ».

    L'eurodéputé Daniel Cohn-Bendit et le réalisateur Romain Goupil ont appelé dans une tribune au quotidien Le Monde, vendredi, le gouvernement à une prise de conscience de l'urgence à agir. C'« est une question de survie » écrivent-ils. Des personnalités françaises, acteurs, intellectuels, membres de la Ligue des droits de l'homme ou encore du syndicat de la Magistrature mais aussi des reponsables politiques comme Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, ont interpelé vendredi également dans une pétition hébergée par le Bondy blog le président Emmanuel Macron pour « faire cesser les violences » contre les migrants à Calais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.