GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Aujourd'hui
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Qui est l'agresseur présumé de NKM?

    media Nathalie Kosciusko-Morizet avait été agressée alors qu'elle distribuait des tracts, jeudi 15 juin à Paris. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

    L’homme qui a jeté des tracts au visage de Nathalie Kosciusko-Morizet jeudi 15 juin alors qu’elle menait campagne sur une place parisienne aurait été identifié grâce à des témoignages et l’exploitation de la vidéosurveillance. Il a été placé en garde à vue après avoir répondu à la convocation de la police.

    Deux jours après l’agression de Nathalie Kosciusko-Morizet, un homme a été placé en garde à vue ce samedi après avoir répondu à une convocation de la police. Il est entendu pour des « faits de violences volontaires sur personne chargée d’une mission publique », indique une source proche du dossier.

    Alors qu’elle menait campagne place Maubert à Paris en vue du second tour des élections législatives, la candidate Les Républicains avait été prise à partie par un homme qu’il l’avait insultée et s’était emparé de ses tracts pour les lui jeter au visage. En tentant de se protéger, NKM était alors tombée au sol où elle était restée inconsciente pendant plusieurs minutes avant d’être conduite à l’hôpital. L’agresseur, lui, avait pris la fuite.

    La cinquantaine, crâne dégarni, chemise à carreaux, sa photo avait fait le tour des médias et des réseaux sociaux. D’après des informations de RTL, il s’agirait de Vincent Debraize, le maire de Champignolles, une commune d’une quarantaine d’habitants de l’Eure, ce qu'a confirmé au Parisien l'un de ses colistiers.

    Né en 1962, Vincent Debraize a été élu en 2008 et réélu en 2014. Pour l'élection présidentielle, il avait accordé son parrainage à Henri Guaino, mais ce dernier dit à peine le connaître. C'est ce même Henri Guaino qui avait d'ailleurs affronté Nathalie Kociusko-Morizet dans la 2e circonscription de Paris avant d'être éliminé et de déclarer que ces électeurs étaient « à vomir ».

    Pour l'instant, on ne sait pas beaucoup plus, sinon que Vincent Debraize s'est fait remarquer en 2014 par une pétition pour dénoncer « l'insécurité intolérable » dans son canton. Il serait par ailleurs le gérant d'une agence parisienne de publicité.

    Le maire de Champignolles devrait normalement être présent sur sa commune ce dimanche pour tenir le seul bureau de vote du hameau. C'est en tout cas ce qu'affirment ses proches.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.