GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Mention «très bien» au bac pour un jeune réfugié syrien en France

    media Avec 18 de moyenne dans les matières scientifiques, Alexandre Samaan, jeune réfugié syrien, a obtenu son bac avec mention TB (photo d'illustration). REUTERS/Stephane Mahe

    Certains lycéens en rêvent, mais pour lui c'est une réalité. Alexandre Samaan, 19 ans, a décroché le bac mention « très bien ». Et pourtant, il y a trois ans, Alexandre habitait encore à Homs, en Syrie. Le jeune homme a fui son pays seul, pour la France, où il a obtenu le statut de réfugié. Arrivé sans parler un mot de français, le lycéen a finalement décroché le Graal et ne compte pas s'arrêter là.

    Avec 18 sur 20 de moyenne dans les matières scientifiques, Alexandre Samaan est ce que l'on appelle un élève brillant. De quoi faire la fierté de son professeur de physique-chimie Richard Bendaka : « Ses résultats - 19 au bac en physique chimie -m'ont procuré une grande joie. C’est un élève que j’adore, qui est très méritant par son parcours et son acharnement au travail. Et c’est dans la continuité logique de tout ce qu’il a fourni évidemment. »

    Ses excellents résultats, Alexandre ne les doit qu'à son travail. Il y a encore 3 ans, il était encore à Homs en Syrie. Arrivé seul en France, sans maîtriser un mot de français, il a dû travailler, encore et encore. Parfois trop, se souvient le professeur Bendaka.

    « Il travaillait très tard le soir, je me suis entretenu avec lui. J’ai compris qu’il dormait peu et donc j’ai essayé d’établir avec lui un emploi du temps un peu plus satisfaisant. J’ai une petite expérience de 15 ans maintenant, et c’est la première fois que j’ai dit à un élève d’arrêter de travailler, en tout cas de mieux travailler pour se recentrer sur des méthodologies efficaces. »

    La ténacité d'Alexandre a finalement payé. A la rentrée, le jeune homme entrera en première année de médecine. Une nouvelle étape vers l'accomplissement de son rêve : devenir neurochirurgien.

    A (re) lire : La langue française, vecteur d'intégration et d'émancipation pour les migrants

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.