GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Macron, la fin de l'état de grâce

    media Le président Emmanuel Macron à l'Elysée le 18 juillet 2017. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Emmanuel Macron s'est rendu jeudi 20 juillet sur la base aérienne d'Istres dans le sud de la France. Il s'est engagé à ce que le budget de l'armée augmente l'an prochain alors que 850 millions d'euros d'économies sont demandés à la Défense. Le président était en opération séduction auprès des militaires après les tensions qui ont éclaté avec la démission du général de Villiers de son poste de chef d'état-major. C’est la première crise politique depuis le début de son quinquennat deux mois à peine après son entrée à l'Elysée.

    Depuis son arrivée au pouvoir, les opposants à Emmanuel Macron avaient beaucoup de mal à trouver le bon angle d'attaque. Ni le départ de 4 ministres le premier mois ni les ennuis judiciaires de la ministre du Travail Muriel Pénicaud n'ont mis le président en difficulté.

    Mais l'état de grâce s'est aujourd'hui évaporé. Jusque-là dispersée, l'opposition est aujourd'hui soudée pour accuser le président « d'autoritarisme » après la démission du chef d'état-major des armées.

    L'unité se fissure même en interne. A l'Assemblée nationale, certains élus de la majorité En Marche refusent de voir disparaître la réserve parlementaire quand d'autres critiquent le statut promis à Brigitte Macron.

    En début de semaine, la grogne a gagné les élus locaux, vent debout contre les 13 milliards d'euros d'économies réclamées par le gouvernement.

    Dans les enquêtes d'opinion enfin, la « magie » Macron s'estompe. La cote de popularité du chef de l'Etat a reculé de 3 points au mois de juillet.

    Le chef de l'Etat a vite réagi. Mardi, il a promis aux élus de la majorité qu'ils ne seraient pas soumis au « caporalisme ». Jeudi, il cajolait les militaires. Cette semaine, Emmanuel Macron a touché les premières limites de sa méthode jupitérienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.