GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Réforme du Code du travail français: les attentes du Medef

    media La ministre française du Travail Muriel Pénicaud, le 24 mai 2017 au palais de l'Elysée, à Paris. REUTERS/Benoit Tessier

    Le ministère du Travail dévoile aux partenaires sociaux à partir de ce mardi 22 août dans l'après-midi les premiers points de la délicate réforme du travail. Il y a eu pas moins de 48 réunions avant la rupture estivale. Avec la reprise des rencontres cette semaine, les syndicats espèrent en savoir un peu plus, même si le ministère envisage de ne leur communiquer uniquement les « points arbitrés » par l'exécutif. L’arbitrage définitif sera rendu à la fin du mois. C'est la puissante organisation patronale Medef qui ouvre le bal cet après-midi.

    Fusion des instances représentatives du personnel, plafonnement des indemnités prud'homales, ou place accrue à l'accord d'entreprise : les grandes lignes de cette réforme sont connues depuis juin. Sur ces trois points, le Medef demande un maximum de latitude pour les entreprises, et en particulier pour les PME et TPE. L’organisation patronale espère surtout que les accords d’entreprise prendront le dessus sur les accords de branche.

    « Il faut donner aux entreprises la capacité de discuter sur le terrain directement avec les salariés », écrit le numéro un du Medef, Pierre Gattaz, dans un tweet ce mardi matin. Mais sous la pression du syndicat Force ouvrière, le gouvernement aurait accepté que les branches gardent la main sur cinq domaines, notamment sur la gestion des contrats d’embauche.

    Le Medef semble plutôt satisfait de voir les indemnités prud'hommales plafonnées en cas de licenciement abusif. En revanche, le gouvernement envisage dans le même temps d'augmenter les indemnités légales des licenciements et cela ne fait pas l'affaire des patrons. Quant à l’assouplissement du dialogue social au sein de l’entreprise, le Medef voit d'un bon œil la fusion des instances représentatives du personnel. Sur ce point, les syndicats sont moins enthousiastes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.