GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: l'insoumis Mélenchon appelle le peuple à défiler le 23 septembre

    media Jean-Luc Mélenchon à Marseille le 27 août: notre société bascule vers «une organisation sociale qui tourne le dos à ce que le Conseil national de la Résistance et toutes les luttes de nos ancêtres ont forgées pour nous libérer». BERTRAND LANGLOIS / AFP

    Le patron du mouvement La France insoumise (LFI) a bouclé, ce dimanche 27 août à la mi-journée, son discours à Marseille, en clôture de l'université d'été de son mouvement. « Pas de bla-bla, du combat ! », Jean-Luc Mélenchon est remonté à bloc contre l’exécutif.

    Avec notre envoyé spécial à Marseille, Anthony Lattier

    Ce dimanche 27 août, Jean-Luc Mélenchon a retrouvé ses airs de campagne sous le soleil marseillais. Le chef des Insoumis a jugé pour le moins sévèrement les premiers mois de la présidence d’Emmanuel Macron. Les propos du chef de l’Etat sur la France, pays « pas réformable » l’ont fait bondir. « Non, a répondu Jean-Luc Mélenchon, il y a eu 130 réformes du Code du travail ces dernières décennies, ce n’est pas les réformes qu’ils n’aiment pas, ce sont vos réformes. »

    Pour le leader des Insoumis, Emmanuel Macron a fait une erreur en croyant que le peuple lui avait donné les pleins pouvoirs, il a au contraire balayé tout le monde et à la fin il ne restait que lui, « il n’est que le reste », a-t-il insisté.

    Mobilisation

    Jean-Luc Mélenchon lance à ses troupes un appel à la mobilisation pour la rentrée, « c’est le moment de se rebeller », a-t-il lancé, avec en ligne de mire la date du 23 septembre, moment choisi pour une manifestation à Paris contre la réforme du travail.

    Face au gouvernement des « riches », le chef des Insoumis s’est donc présenté comme un recours : « Bienvenue à tout le monde » déclare pour finir celui qui est consacré premier opposant au chef de l’Etat dans le dernier sondage du Journal du Dimanche.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.