GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Etats généraux de l'alimentation: rehausser la valeur des produits agricoles?

    media Un stand de vente de fruits et légumes bio, au marché situé boulevard des Batignolles, à Paris. Getty Images/Patrick Escudero

    Un mois pour trouver un prix juste pour les agriculteurs, c'est l'ambition que s'est fixé le gouvernement alors que débutent ce mardi les ateliers des Etats généraux de l'alimentation. Des discussions auxquelles participeront les acteurs du monde agricole et de la distribution.

    L'enjeu est de taille pour le monde agricole, qui souffre de la guerre des prix qui fait rage depuis cinq ans entre grandes enseignes. Emmanuel Macron a souhaité faire de la rémunération des agriculteurs une priorité, et a dit qu'il n'excluait pas de faire monter les prix pour aider les agriculteurs à s'en sortir.

    En France, sur dix euros dépensés en fruits et légumes, seuls 62 centimes vont dans la poche de l'agriculteur. A un mois de la reprise des discussions avec les grandes surfaces, le gouvernement se dit prêt à légiférer par ordonnances pour modifier le rapport de force entre les enseignes et les producteurs qui pour certains vendent à perte.

    C'est le cas de plus de la moitié des producteurs de lait souligne, Olivier Alain, éleveur de vache allaitante, et coordinateur de ces ateliers des états généraux de l'alimentation. « Beaucoup arrêtent, se découragent complètement. Je ne vais pas faire allusion aux drames qui se passent dans nos campagnes, mais la situation est dramatique et perdure. En viande bovine et en lait, elle va un peu mieux. Donc il faut les chouchouter, et il faut qu'ils retrouvent un prix qui leur permette d'être sereins. »

    Re(lire) : Pourquoi les jeunes choisissent l'agriculture?

    Et pour seulement trois euros de plus par habitant et par an, une sortie de crise serait possible. Mais les Français sont-ils prêt à dépenser ce petit plus pour leur alimentation ? Pour Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture, la réponse est oui : « Si le consommateur sait qu'il va trouver un produit en qui il a toute confiance, un produit dont il sait qu'il aura porté une rémunération suffisante pour les producteurs, le consommateur fera confiance à ces produits et achètera. »

    Les discussions autour de la création et de la répartition de la valeur des produits agricoles se poursuivront jusqu'à fin septembre.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.