GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: vote mardi 24 octobre du Conseil de sécurité sur l'enquête sur les armes chimiques (diplomates)
    • Niger: l'armée américaine poursuivra ses opérations malgré l'embuscade (Pentagone)
    • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
    • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
    • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017
    France

    La Braderie de Lille renoue avec la tradition sous haute sécurité

    media Le risque d'une attaque à la voiiture-bélier a obligé les autorités à prendre des mesures plus coercitives. PHILIPPE HUGUEN / AFP

    Annulée l’an dernier en raison de la menace terroriste qui pesait après l’attentat de la Promenade des Anglais à Nice, la Braderie de Lille – plus grand événement du genre en Europe – a fait son retour ce week-end dans la capitale nordiste. Le nouveau dispositif de sécurité impose des contraintes qui ne font pas l’unanimité mais qui satisfont le plus grand nombre.

    Plus de 3 000 policiers quadrillant l’espace public, 1 800 blocs de béton disséminés sur la voirie pour parer aux attaques à la voiture-bélier, 29 points de contrôle pour filtrer la foule et aussi des drones en survol pour la surveiller, c’est dans une configuration bien différente par rapport à l’accoutumée que s’est ouverte ce samedi 2 septembre la Braderie de Lille, un événement réputé pour être, deux jours durant à la fin août, « le plus grand vide-grenier d’Europe ». Sécurité oblige, le périmètre habituel de la braderie a volontairement été restreint cette année par les autorités, une contrainte dans l’ensemble bien accueillie par les locaux. « Au fil des années, c’était devenu n’importe quoi avec des gens dans tous les sens. L’esprit des années 1970-80 n’était plus là », se réjouit Jean-Luc, un habitué joint au téléphone.

    L’an dernier, la maire de Lille Martine Aubry avait dû annoncer, dès le 5 août, l’annulation de l’édition 2016, craignant un attentat du même type que celui de la Promenade des Anglais de Nice quand un camion-bélier avait fauché la foule, faisant 86 morts et plus de 450 blessés, le soir du 14-Juillet. Cette annulation, la première en 70 ans, avait été durement ressentie à Lille et sa région, car en plus d’être un événement festif, la braderie constituait un apport économique important pour l’agglomération avec jusqu’à 2,5 millions de visiteurs en un seul week-end, comme cela avait été le cas lors de l’édition 2015. Cette année, l’attentat du 17 août à Barcelone n’a pas fait reculer les autorités, car la mairie, aidée par l’État, s’était organisée en conséquence pour qu’un tel drame ne survienne pas, du moins pas sous ce mode opératoire d’un véhicule fonçant sur la foule.

    Du pour et du contre

    La Braderie de Lille sous le soleil en 2011. Philippe Huguen/AFP

    Alors bien entendu, des voix se sont élevées pour critiquer la tournure sécuritaire prise par l’événement et aussi pour se plaindre des restrictions en matière d’espace, ce qui réduit du même coup le nombre de « bradeux », tel qu’on appelle ceux qui viennent vendre leurs vieilleries à la braderie. « La braderie est morte. Martine Aubry ose dire que le périmètre n’est réduit que de 10% mais c’est beaucoup plus », s’est emporté par exemple Philippe, un chineur du cru, interrogé par l’Agence France-Presse. Si l’édition 2017 devrait drainer moins de visiteurs et de vendeurs qu’à l’habitude, ce n’est pourtant pas pour déplaire à tout le monde, loin de là. Au fil des ans, de nombreux Lillois se sont sentis de plus en plus dépossédés de leur fête, effet de gigantisme oblige.

    « C’est beaucoup mieux comme ça ! », se félicite par exemple au téléphone Paul Besson, ancien médecin désormais retraité et organisateur du semi-marathon de Lille depuis 1980, épreuve sportive internationalement reconnue et traditionnellement organisée le jour d’ouverture de la braderie. « La braderie était devenue de pire en pire d’année en année. C’était devenu une foire épouvantable. Au point de vue organisation, il n’y avait aucun contrôle. Dans un sens, l’annulation de l’an dernier a été bénéfique », estime l'organisateur.

    « Cette année, poursuit Paul Besson, les stands sont limités aux Lillois et aux commerçants lillois. On va voir comment ça se passe, mais c’était devenu n’importe quoi. Il y aura probablement moins de monde, mais ce sera une clientèle et des bradeurs de meilleure qualité ». Même le changement de parcours de son semi-marathon, qui passe désormais par Marcq-en-Barœul et Wasquehal, n’a pas été pour lui déplaire. « Tout le monde est hyper content parce qu’on a quitté les problèmes d’encombrements et les bradeux qui se foutaient pas mal des coureurs dans la ville de Lille. Ici on respire, tous les coureurs étaient enthousiasmés ».

    Retour à la tradition

    Vieille de près de 900 ans, la braderie a été créée quand Lille appartenait au comté de Flandre et pas encore royaume de France. Elle s’inscrivait alors dans la lignée des cinq grandes foires flamandes avec celles d’Ypres, de Bruges, de Torhout et de Messines. Ce n’est qu’au XVIe siècle qu’elle a commencé à se transformer en vide-grenier, la date du 30 août étant officiellement fixée en 1523 avant d’être décalée bien plus tard au premier week-end de septembre. Après avoir connu des hauts et des bas au fil du temps, elle était redevenue une vraie braderie à l’aube des années 1970, une renaissance et un succès qui n’a cessé de croître jusqu’à l’annulation de l’an dernier. Loin d’être un coup d’arrêt, la nouvelle donne pourrait contribuer à donner un regain d’identité à cette fête toujours très attendue au sortir de l'été.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.