GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Septembre
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Septembre
Dimanche 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Agression d’un cadre du PS: le député El Guerrab démissionne de LREM

    media Le député M'jid El Guerrab reçoit depuis plusieurs jours des messages plus ou moins explicites l'appelant à abandonner également son mandat de député, venant de son propre camp. Capture d'écran de Public Sénat

    M'jid El Guerrab a été convoqué, mardi 5 septembre, devant le conseil d'administration de La République en marche (LREM). Le député de la 9e circonscription des Français de l'étranger a présenté sa démission du parti présidentiel.

    M'jid El Guerrab n'avait pas vraiment le choix. S'il n'avait pas démissionné, il aurait été exclu de la République en Marche. C'est ce qui est précisé dans un communiqué de la formation du président de la République.

    M'jid El Guerrab conserve néanmoins pour le moment son mandat de député des Français de l'étranger. Pour la République en Marche, il lui appartient « de prendre toutes ses responsabilités et de justifier devant ses électeurs la poursuite de son mandat ».

    Mais il ne fera donc plus partie du groupe majoritaire à l'Assemblée nationale et siégera chez les non-inscrits. Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, a, lui, estimé que dans les mêmes circonstances « il démissionnerait » de son mandat de député.

    M'jid El Guerrab a été mis en examen pour « violence volontaire avec arme », - il avait tapé il y a quelques jours le socialiste Boris Faure à la tête avec son casque de moto. Un acte violent unanimement condamné.

    Et à La République en marche sa démission est un soulagement. Un jeune député explique avoir entendu des citoyens lui répondre sur les marchés le week-end dernier : « Vous allez nous mettre un coup de casque? » Une affaire qui n'améliore pas l'image de la classe politique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.