GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Septembre
Lundi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Mediator: vers un grand procès pour Servier et l’Agence du médicament

    media Jean-Pierre Lafée, l'époux d'une des victimes présumées du Mediator au tribunal de Nanterre, lundi 14 mai. REUTERS/Charles Platiau

    Après six années d'âpre bataille judiciaire, les juges français ont renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris les laboratoires Servier et l'Agence du médicament dans l'affaire du Mediator, un anti-diabétique tenu pour responsable de centaines de morts.

    Le groupe pharmaceutique répondra de « tromperie aggravée, escroquerie, blessures et homicides involontaires et trafic d'influence », selon une source judiciaire.

    Les juges d'instruction ont également renvoyé devant le tribunal, pour « blessures et homicides involontaires », l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Celle-ci n'a pas souhaité réagir.

    Au total, onze personnes morales et quatorze personnes physiques seront jugées.

    Prescrit pendant plus de 30 ans à cinq millions de personnes en France, cet anti-diabétique était largement utilisé comme coupe-faim. Il a été retiré du marché en novembre 2009, deux ans après les révélations d'une pneumologue, le Dr Irène Frachon.

    Cette dernière a réagi auprès de l'AFP en évoquant un « crime industriel hors norme » et une « instruction exemplaire, constamment entravée par les manoeuvres dilatoires des conseils de Servier ».

    4129 parties civiles

    Les laboratoires Servier ont eux dénoncé une instruction « tronquée » qui a minimisé, selon eux, la responsabilité des autorités administratives.

    « Même si Servier indemnise les victimes, les personnes malades et les proches de personnes décédées sont dans l'attente d'un procès pénal pour identifier les responsabilités, du côté des laboratoires, des agences étatiques comme l'Agence du médicament (ANSM) ou parmi les experts dans les commissions de contrôle du médicament », a commenté Charles Joseph-Oudin, avocat de parties civiles. « Il reste à organiser ce procès dont on espère qu'il se tiendra en 2018 », a-t-il ajouté.

    Le procès devrait alors réunir, dans une configuration exceptionnelle, 4 129 parties civiles. Mais il se tiendra sans le principal protagoniste : Jacques Servier, fondateur des laboratoires du même nom, mort en 2014 à 92 ans.

    L'affaire fait déjà l'objet d'une procédure pénale. La Cour de cassation devrait avoir à se prononcer sur une éventuelle jonction au procès parisien.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.