GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Dimanche 24 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 26 Septembre
Mercredi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: 600 suppressions d’emplois annoncées par Nokia, Bercy s’en mêle

    media Nokia va supprimer 600 emplois en France d'ici à 2019. REUTERS/Markku Ulander/Lehtikuva

    En France, le géant finlandais des équipements télécoms Nokia annonce la suppression de près de 600 emplois en France d'ici 2019. Une mauvaise nouvelle qui arrive 2 ans seulement après la reprise d'Alcatel Lucent par Nokia. Jeudi 14 septembre, les partenaires syndicaux et la direction de Nokia France vont être reçus à Bercy. Le ministère de l'Economie veut des explications.

    En 2015, quand le ministère français de l’Economie donne à Nokia son feu vert à la reprise d'Alcatel Lucent, le Finlandais s’engage à maintenir les effectifs jusqu’à fin 2017 et à renforcer la recherche et le développement. A l'époque, l'interlocuteur du directeur de Nokia était Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie.

    Depuis, l'entreprise est loin d'embaucher. Elle a même licencié. D’abord 400 salariés dans un premier plan en 2016, puis près de 600 autres qui vont être renvoyés d’ici 2019. L'annonce de ces nouvelles suppressions d'emploi fait l'effet d'un camouflet à Bercy, qui n’hésite pas à dénoncer la parole non tenue.

    A présent, « il y a des ouvriers qui se retrouvent dans une situation d'incertitude et ce n'est pas normal », affirme Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie. Il va recevoir ce jeudi les patrons du groupe, tout comme les partenaires sociaux et les élus de l'Essonne et des Côtes d'Armor – les deux départements concernés par ces suppressions de postes.

    Reste à savoir si le gouvernement a les moyens de freiner ce nouveau plan de licenciement. C’est d’autant moins certain que le Finlandais avait pris des engagements de maintien de l'emploi jusque fin 2017 seulement. On y est presque.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.