GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Dimanche 24 Septembre
Lundi 25 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 27 Septembre
Jeudi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la jeunesse contre les ordonnances

    media Manifestation contre les ordonnances de réforme du Code du travail, à Paris, le 12 septembre 2017. REUTERS/Charles Platiau

    Près de 400 000 personnes ont défilé ce mardi en France, contre les ordonnances de réforme du Code du travail. Une mobilisation qui a valeur de test tant pour Emmanuel Macron et le gouvernement que pour les syndicats - la CGT, la FSU, SUD et l’Unef - à l’origine des rassemblements. Outre les organisations de salariés, les lycéens et les étudiants se sont montrés dans les cortèges.

    « Lutte sociale et grève générale ». Sur fond de chants de manifestations, une jeunesse déterminée bat le pavé parisien, ce mardi 12 septembre. Les ordonnances travail sont dans le collimateur des manifestants et, derrière la réforme annoncée par le gouvernement, la « crainte de plus de précarité » se fait jour, explique François. Sur son panneau, on peut lire « protégez-vous ». Ce lycéen de l’Ecole alsacienne « a de plus en plus peur », entre ces ordonnances et la baisse des aides au logement, mais « y croit, c’est pour ça qu’on est tous là ».

    Boulevard de l’Hôpital, les grenades lacrymogènes répondent aux jets de projectiles, mais globalement le défilé reste bon enfant. Ni masque, ni casque, Héloïse a simplement prévu son parapluie à fleurs, de quoi se protéger de la pluie qui disperse la fin de cortège. La jeune femme, qui travaille dans une association, se dit « déçue » par ce début de mandat Macron. Elle dénonce « l’entre soi très masculin, très blanc » d’un président français qui donne « très envie de rire ou de pleurer, quand il parle de féminisme ».

    Déception aussi face à un premier défilé de rentrée clairsemé, même si certains ont l’impression de compter pour plusieurs comme Murielle, étudiante en histoire et économie à l’université Paris 1. « Je représente mes oncles, mes tantes, ma famille, je représente tout le monde » s’exclame-t-elle en riant. Ses parents « dans la fonction publique, ne peuvent pas manifester, du coup [elle] manifeste pour eux ».

    D’autres préfèrent faire rimer le nom du président à toutes les sauces. Place de la Bastille, une pancarte demande à Emmanuel Macron de « rester aux Antilles », tandis qu’un étudiant en fin de manifestation conclut : « Le roi est nul ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.