GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Dimanche 24 Septembre
Lundi 25 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 27 Septembre
Jeudi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Paris 2024: quelles conséquences financières?

    media Des sauveteurs portent sur leurs vêtements le logo de Paris 2024, à Paris, le 18 juillet 2017. REUTERS/Charles Platiau

    C’est à Lima, au Pérou, que le Comité international olympique vote ce mercredi l'attribution des jeux de 2024 et 2028, respectivement à Paris et Los Angeles. Pas de suspens a priori, les dés sont jetés depuis début juillet, mais le soulagement ne sera complet qu’une fois le vote passé. Paris va donc accueillir les jeux dans 6 ans et espère que le solde de l'organisation de cet évènement tant attendu sera en sa faveur. En effet, organiser des jeux peut être potentiellement ruineux.

    Héberger les Jeux olympiques, c’est une aubaine pour la ville organisatrice et le pays d'accueil. Les olympiades sont synonymes de fréquentations touristiques en hausse et de visibilité internationale accrue, entre autres effets inhérents à toute manifestation sportive d'ampleur.

    Néanmoins tout l'enjeu va être de tenir le budget annoncé, de 6,6 milliards d’euros. Des chiffres impressionnants, mais un budget relativement petit comparé à celui des dernières éditions des JO. Londres ou Athènes ont par exemple coûté bien plus cher.

    Paris s'enorgueillit de n'avoir aucune structure pérenne à construire, à l'exception tout de même d'une piscine et d'un village d'athlètes près du Stade de France, à Saint Denis. De loin le plus gros investissement – 1,3 milliard d’euros lui sont consacrés – mais la commune entend ensuite convertir le village en logements.

    Au total, le coût des infrastructures sportives pérennes est évalué à quelque 3 milliards d’euros. La moitié de la facture va être réglée par l'État, par la région et par les collectivités territoriales des villes concernées ; l'autre moitié par des fonds privés. Le village olympique, lui, est financé par un partenariat public-privé.

    Sauf que ce sont les infrastructures non sportives qui, dans l'histoire des jeux, ont fait déraper les budgets. On peut citer la construction de la ligne de métro de l’est de Londres et la rénovation de ce quartier, qui avaient fait exploser le budget des JO 2012 dans la capitale britannique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.