GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
    • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
    • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
    • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)
    France

    Saint-Martin peine à se remettre du passage d’Irma

    media Des gendarmes français sur l'île dévastée de Saint-Martin, le 12 septembre 2017. REUTERS/Christophe Ena/Pool

    A Saint-Martin, une semaine après le passage d'Irma, les secours sont à pied d'œuvre, mais dans certains quartiers de l'île on peut toujours constater l'ampleur des dégâts laissés par l’ouragan.

    A Saint-Martin, c’est encore avec des groupes électrogènes qu’une partie de la population de l’île s’éclaire. Et au cœur de la nuit, ce qui frappe, c’est le noir et le silence qui règnent dès que l’on s’éloigne un peu des habitations, relate notre envoyé spécial, Pierre Olivier.

    L’île est comme dans une sorte de « coma », gravement blessée. Sur les routes qui ont été déblayées, on voit les traces omniprésentes laissées par Irma, des maisons éventrées, des voitures soulevées comme s’il s’agissait de vulgaires miniatures balancées çà et là dans les champs.

    Les quelques palmiers encore debout n’ont plus de feuilles. Et près de l’aéroport, de petits avions sont retournés, parfois suspendus dans les arbres.

    Militaires en renfort

    Dans les rues de Marigot, les parachutistes des troupes de marines de Carcassonne ont commencé leurs patrouilles « pour sécuriser la zone et la population », selon le lieutenant Pierre, deux jours après leur arrivée à Saint-Martin.

    Les militaires marchent, armés, dans les différents quartiers de la capitale, après une nuit blanche et la prise de poste, raconte un journaliste de l'AFP.

     ► A (RE)ECOUTER : Comment vivent les habitants de Saint-Martin et Saint-Barth?

    Les militaires qui pensaient « trouver une population abattue » s'étonnent du moral des gens. « Ils sont déjà dans l'action, ont commencé à nettoyer », souligne, admiratif le lieutenant Pierre, pour qui la mission « c'est de faire de la démonstration de force ». Des pilleurs ont dévalisé les magasins et les habitations, profitant du chaos régnant après le passage de l'ouragan Irma.

    L'ouragan a laissé l'île en piteux état. REUTERS/Christophe Ena/Pool

    Macron promet un « un retour à la normale »

    Ces militaires se sont déployés au lendemain de la venue du président Macron sur l'île. Le chef de l’Etat qui a achevé mercredi, par une visite à Saint-Barthélemy, son déplacement de deux jours auprès des sinistrés de l'ouragan Irma, auxquels il a promis un « retour à la normale » et une reconstruction exemplaire, après avoir essuyé des critiques sur la gestion de cette crise. Les habitants de Saint-Martin n’attendent que ça.


    Reportage dans le quartier d’Orléans,

    Aucune équipe de secours n’avait pu se rendre dans ce quartier de Saint-Martin jusqu'à maintenant. « On est dans une zone qui n’a pas été visitée. L’objectif, c’est déjà de poser le matériel », explique un secouriste de l'équipe. Il fait nuit noire lorsque le Groupe de secours catastrophe français (GSCF) débarque ses dizaines de caisses d’aide. Première priorité, installer un groupe électrogène et analyser les besoins : « Là, actuellement, votre premier besoin urgent, c’est l’eau ».

    « L’eau de la pluie : je ne bois pas », prévient un sinistré. « Là, vous allez pouvoir la boire demain ». Aussitôt, l’équipe se met au travail pour installer un filtre dans la citerne d’eau de pluie, un soulagement pour ces habitants coupés du monde, mais résignés pour certains : « C’est la première fois que je les vois. Je suis vraiment content. Ils vont nettoyer, ils vont nous aider ».

    « C’est l’ordre normal des choses parce qu’on est habitués à être les derniers servis, et les derniers à être considérés », déplore une autre sinistrée. Orléans est en effet un quartier pauvre, mais solidaire. Cette nuit, l’équipe d’humanitaires dormira chez l'habitant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.