GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Trump et Macron à l’Assemblée générale de l’ONU: des premiers pas très attendus

    media L'Assemblée générale de l'ONU où se retrouvent cette semaine les dirigeants du monde entier. REUTERS/Joe Penney

    Emmanuel Macron arrive à New York pour participer à sa première Assemblée générale de l’ONU. Après une séquence internationale très dense dès son entrée en fonction, le chef de l’Etat français poursuit son offensive diplomatique. Son premier discours à la tribune des Nations unies, mardi 19 septembre, doit lui permettre de s’affirmer, notamment face à Donald Trump, en délivrant un message fort.

    Parler à l’ONU, c’est parler au monde entier. Et c’est bien ce qu’Emmanuel Macron va essayer de faire. Le chef de l’Etat, qui prononcera mardi son premier discours devant l’Assemblée générale des Nations unies, veut expliquer le sens de l’action de la France dans un monde multipolaire, parler du multilatéralisme, évoquer la notion de « bien commun », bref donner sa vision des relations internationales.

    Une vision qui sera forcément comparée à celle de Donald Trump, qui fait lui aussi ses premiers pas à l’ONU. Comme au G7 au mois de mai dernier ou au G20 en juillet, Emmanuel Macron et Donald Trump vont certainement occuper la scène médiatique de cette grand-messe internationale.

    Les deux hommes doivent d’ailleurs se rencontrer dès l’arrivée du président français à New York. Objectif de l'entretien : faire le point en tête-à-tête avant d’attaquer le marathon onusien au programme duquel figurent des questions aussi sensibles que les relations avec la Corée du Nord, la situation en Syrie, le terrorisme, l’environnement, la réforme de l’ONU. Des questions sur lesquelles Emmanuel Macron espère avancer des pions.

    Jeu en triangle

    Mais les deux hommes ne sont pas les seuls à faire leur grande entrée sur la scène internationale de l'ONU. Comme eux, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s'apprête à connaître sa première Assemblée générale. « Je pense que ce qui va être intéressant n'est pas simplement la confrontation entre Macron et Trump, mais le triangle [avec Antonio Guterres] », estime ainsi l'ancien diplomate Manuel Lafont Rapnouil, spécialiste de l'ONU et directeur du bureau parisien du European Council on Foreign Relations.

    Emmanuel Macron et Antonio Guterres connaissent les positions de Donald Trump sur l'Accord de Paris sur le climat ou la force de maintien de la paix onusienne. Et malgré leur désaccord avec le président américain, l'un comme l'autre évitent la confrontation, analyse Manuel Lafont Rapnouil. « On va donc pouvoir étudier le contraste entre ces trois discours ». Les trois dirigeants vont-ils se montrer prêts à collaborer ou au contraire afficher des positions divergentes ? Réponse mardi.

    La stratégie de Trump

    Pour ses premiers, en tout cas, Donald Trump a décidé de faire une entrée remarquée en proposant dès ce lundi un projet de réforme de l"ONU. Il menaçe de réduire les contributions américaines au budget de l'organisation qu'il avait qualifié en 2016 de « club où les gens passent du bon temps ».

    « Ce qui est toujours difficile avec Trump, sur tous les sujets, c'est de faire la différence entre son discours qui est très virulent, ses tweets lapidaires et sa pratique, souligne Manuel Lafont Rapnouil. C'est un peu ça qu'on attend de voir avec cette participation de Trump. »

    Le spécialiste, qui note aussi que c'est « un signe » que le président américain ait voulu venir à cette Assemblée générale puisque tous les chefs de l'Etat ne viennent pas. Jusqu'à présent, pointe-t-il également, son ambassadrice à New York, Nikki Haley, s'est montrée en pratique « plus pragmatique et moins virulente » que Donald Trump. Tandis que sur le budget, les coupes, souligne-t-il, ont été « beaucoup moins sévères qu'annoncé ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.