GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Voiture de police incendiée: lourdes peines requises contre les neuf prévenus

    media Les gendarmes sécurisent l'entrée de la salle à l'ouverture du procès, le 20 septembre 2017. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    En France, cela avait fait la Une en mai 2016 : une voiture de police avait été incendiée à Paris en marge de manifestations contre la loi El Khomri. L'affaire est jugée en ce moment et le parquet a fait ses réquisitions ce vendredi 22 septembre. Le ministère public a demandé jusqu'à huit ans de prison pour l'incendiaire présumé de la voiture.

    En écoutant le procureur, les avocats de la défense sont abasourdis par le quantum des peines requises : de la prison ferme avec un mandat de dépôt. « C’est un réquisitoire politique », souffle alors l’un des avocats.

    Il est vrai que le procureur Olivier Dabin a livré un réquisitoire très engagé. « Qui est fasciste ?, interroge-t-il en préambule, les policiers ou ces militants de l’ultra gauche qui légitiment leur défense par une volonté d’autodéfense contre les violences policières ? »

    « Il est insupportable d’entendre parler de complot, ajoute le procureur Dabin, car les violences policières existent peu et elles sont toujours poursuivies et punies. »

    « C’est bien le procès de quelques casseurs cagoulés experts dans l’art de la dissimulation et qui s’en prennent aux symboles de la République », insiste le ministère public, avant de détailler le rôle de chacun des prévenus. Un enchaînement chorégraphié de violences : l’un désigne la voiture de police, les autres la détruisent et frappent le policier.

    Enfin, Joachim Landwehr incendie le véhicule. Le procureur requiert contre lui la plus lourde des peines : 8 ans d’emprisonnement. Mais le prévenu est absent. De nationalité suisse, il est resté à Genève.

    Les avocats de la Défense ont commencé à plaider ce vendredi après-midi. Le jugement sera rendu dans quelques semaines.

    ► (Re) lire : Voiture de police incendiée: les excuses de Nicolas Fensch

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.