GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Les combattants de l'organisation EI ont été totalement chassés de leur ancien fief syrien, relate ce mardi l'ONG Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Les Forces démocratiques syriennes (FDS), milices arabo-kurdes en prise les jihadistes à Raqqa depuis le mois de juin, ont hissé leur drapeau à l'intérieur du stade de la ville selon l'agence de presse Reuters. Un porte-parole des FDS relate qu'il n'y a plus aucun combattant adverse dans le stade et dans l'hôpital, les deux derniers bastions des jihadistes à Raqqa.

    Moyen-Orient

    Visite délicate du président libanais Michel Aoun à Paris

    media Michel Aoun sera reçu lundi en tête à tête par Emmanuel Macron à l'Elysée, où un dîner en son honneur sera donné le soir avec 220 invités. REUTERS/Mohamed Azakir

    Depuis l'élection d'Emmanuel Macron en mai dernier, plusieurs chefs d'Etat ont été reçus en France, mais la toute première visite d'Etat est réservée au président libanais Michel Aoun, en visite à partir de ce lundi 25 septembre et pendant trois jours. La France veut afficher son soutien au Liban, pays voisin de la poudrière syrienne.

    « Nous voulons adresser un message fort de soutien politique au Liban », dit-on de source diplomatique française. Le Liban, voisin de la Syrie, est en effet fragilisé par la présence sur son sol de plus d'un million de réfugiés.

    Emmanuel Macron a récemment proposé une Conférence de soutien aux investissements au Liban et une autre dédiée au retour des réfugiés dans leurs pays d'origine. La France envisage de fusionner les deux rendez-vous et il en sera naturellement question lors de la visite de Michel Aoun cette semaine.

    Le président libanais a été élu il y a moins d'un an, ce qui a mis un terme à plus de deux années de blocage politique dans son pays. Michel Aoun est soutenu par le Hezbollah chiite dont les troupes sont engagées en Syrie pour soutenir militairement Bachar el-Assad.

    Exercice délicat pour la France donc. « Nous reconnaissons un rôle politique au Hezbollah au Liban », dit-on dans l'entourage d'Emmanuel Macron où l'on exprime simultanément de « l'inquiétude » face aux agissements de la milice chiite en Syrie.

    La visite du président libanais permettra aussi d'évoquer la coopération militaire renforcée entre les deux pays ainsi que la participation de la France à la Finul, la Force des Nations unies déployée dans le sud du Liban, près de la frontière avec Israël. « La France fera tout pour empêcher l'embrassement entre le Hezbollah et Israël », indique une source diplomatique française interrogée sur la situation dans cette zone à risque.

    A l'Elysée, on indique aussi que la visite de Michel Aoun sera en partie consacrée à la Francophonie, aujourd'hui en recul au Pays du Cèdre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.