GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Ce que propose Emmanuel Macron pour relancer l'Europe

    media Le président français Emmanuel Macron, lors de son discours sur l'Europe prononcé à la Sorbonne, à Paris, le 26 septembre 2017. REUTERS/Ludovic Marin/Pool

    Dans un discours prononcé à l'université de la Sorbonne, le président français Emmanuel Macron a présenté ce mardi 26 septembre ses propositions pour relancer le projet européen.

    « L'Europe que nous connaissons est trop faible, trop lente, trop inefficace, mais l'Europe seule peut nous donner une capacité d'action dans le monde face aux grands défis contemporains », a affirmé Emmanuel Macron en introduction de son discours à la Sorbonne.

    « Les digues derrière lesquelles l'Europe pouvait s'épanouir ont disparu. La voici aujourd'hui plus fragile, exposée aux bourrasques de la mondialisation telle qu'elle va », a-t-il regretté. Et alors que les nationalismes percent un peu partout en Europe, le chef de l'Etat a martelé : « Je ne laisserai rien à celles et ceux qui promettent la haine, la division ou le repli national. » Pour les combattre, il a ainsi déroulé pendant près d'une heure et demie et devant 800 étudiants français et étrangers son projet pour relancer le projet européen.

    Sur la défense et la sécurité

    C'est le premier point qu'a développé le président français. Emmanuel Macron souhaite renforcer l'Europe de la défense et de la sécurité en créant une « force commune d'intervention » européenne, un budget de défense commun et une « doctrine commune » pour agir. Il demande également une mutualisation des renseignements avec la création d'une Académie européenne du renseignement et réclame un parquet européen contre le terrorisme.

    Suite aux ouragans qui ont récemment dévasté les Antilles, le chef de l'Etat appelle également à la création d'une force commune de protection civile contre les catastrophes naturelles.

    Sur l'immigration

    « La crise migratoire est un défi durable. Nous manquons d'efficacité et d'humanité », estime Emmanuel Macron. Pour y pallier, il souhaite la mise en place d'un Office européen de l'asile afin d'accélérer et harmoniser les procédures, une police européenne des frontières, des fichiers interconnectés et des documents d'identité biométriques sécurisés.

    Le président français veut également la mise en place « solidaire » d'un large programme de formation et d’intégration pour les réfugiés.

    Mais comme la gestion de l'immigration passe aussi par l'aide au développement, Emmanuel Macron souhaite une taxe sur les transactions financières qui serait « affectée intégralement à l'aide » au développement. « Il y a deux pays en Europe qui ont une taxe sur les transactions financières », a déclaré le président français : la France et la Grande-Bretagne. « Prenons cette taxe, généralisons-la à l'ensemble de l'Europe », a-t-il lancé.

    Sur la transition écologique

    « Souhaitons-nous continuer comme hier ou être à l'avant-garde de la transition écologique ? J'ai fait mon choix », a déclaré Emmanuel Macron. Mais, affirme-t-il, cette transition impose un marché commun de l'énergie et aux pays de l'Union à développer leurs interconnexions.

    Pour encourager la transition écologique, Emmanuel Macron propose que soit fixé au niveau européen un « juste prix » pour le carbone, d'au moins 25 à 30 euros la tonne. Il souhaite également la mise en place aux frontières européennes d'une taxe sur le carbone qui pèserait sur les importations issues d'industries polluantes, pour « assurer l'équité entre les producteurs européens et leurs concurrents ».

    Autres propositions : la mise en place d'un programme industriel de soutien aux véhicules propres et aux infrastructures nécessaires ; la création d'une « force commune de contrôle » pour assurer la sécurité alimentaire des Européens.

    Sur la recherche et le numérique

    Comme l'agence américaine de recherche militaire DARPA avait été dans les années 1970 à l'origine de la création d'internet, Emmanuel Macron propose la création d'une Agence européenne pour l'innovation. Elle permettrait de financer en commun des champs de recherche nouveaux, tels que l'intelligence artificielle. Objectif : que l'Europe devienne innovatrice et non plus suiveuse.

    Dans son discours, il a répété sa volonté de taxer les géants du numérique (Google, Apple, Facebook et Amazon), sur la base du chiffre d'affaires réalisé dans chaque pays, et non plus en fonction des bénéfices perçus dans des Etats à faible fiscalité.

    Sur l'économie

    Emmanuel Macron propose que la zone euro ait son propre budget et son Parlement. « Un budget ne peut aller aussi qu'avec un pilotage politique fort, par un ministre commun et un contrôle parlementaire exigeant au niveau européen, a-t-il encore affirmé. Si l'euro a vocation à devenir la monnaie de tous les Etats de l'Union, construisons sans tarder une zone euro forte, efficace, solidaire, et cette puissance bénéficiera demain à tous ceux qui la rejoindront ».

    Le chef de l'Etat français aimerait que soient fixés des critères qui rapprocheraient progressivement les modèles sociaux et fiscaux. Il souhaite également voir définie une fourchette d'impôt sur les sociétés, ainsi qu'un salaire minimum correspondant à la réalité économique de chaque pays.

    Sur la formation

    Emmanuel Macron souhaite que chaque jeune Européen ait passé au moins six mois dans un pays de l'UE et que chaque étudiant européen parle au moins deux langues européennes d'ici 2024. Le président français appelle également à la création d'universités européennes, des réseaux d'universités permettant d'étudier à l'étranger et de suivre des cours dans au moins deux langues.

    Sur le Brexit

    Emmanuel Macron en est sûr : le Royaume-Uni, qui négocie actuellement sa sortie de l'Union européenne, aura une place dans l'Europe repensée et simplifiée qu'il promeut.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.