GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la mère d'un jihadiste parti en Syrie condamnée à deux ans de prison

    media Nathalie Haddadi, mère d'un jihadiste présumé, condamnée à deux ans de prison ferme pour «financement de terrorisme», par le tribunal correctionnel de Paris, le 28 septembre 2017.i REUTERS/Philippe Wojazer

    Poursuivie pour avoir envoyé de l'argent à son fils parti faire le jihad en Syrie, Nathalie Haddadi a été condamnée ce jeudi 28 septembre par le tribunal correctionnel de Paris à deux ans de prison ferme. Une peine qui pourrait éventuellement être aménagée. Une condamnation dont elle entend faire appel.

    Nathalie Haddadi avait dénoncé un « procès d’intention », affirmant qu’elle n’était pas du tout au courant des projets terroristes de son fils, Belabbas Bounaga.

    Elle avait juste reconnu avoir payé les billets d’avion pour ses vacances en Malaisie, rien de plus. « J'ai aidé mon fils pour manger, je n'ai jamais envoyé d'argent en Syrie ou en Turquie », a-t-elle déclaré, très inquiète, à son arrivée au tribunal.

    Mais le tribunal correctionnel de Paris ne l’a pas crue et l’a reconnue coupable d’avoir financé les voyages du jeune homme, d’abord en Algérie, après en Malaisie et enfin en Syrie, où il a rejoint le jihad et où il est probablement mort à l’âge de 21 ans.

    Le fils cadet de Nathalie Haddadi, jugé à ses côtés et accusé, lui aussi, de financement du terrorisme, a écopé d’un an d’emprisonnement avec sursis. Quant à Belabbas Bounaga, jugé par défaut en l'absence de certitude sur sa mort, il a été condamné à 10 ans de prison.

    Nathalie Haddadi, conseillère commerciale en Alsace et mère d’une fille de 9 ans, a l’intention de faire appel de sa condamnation.

    Elle a déjà connu le malheur d'avoir un fils délinquant, le malheur d'avoir un fils radicalisé en prison, le malheur de voir ce fils, contre son gré, contre son avis, contre sa volonté, partir en Syrie et aller se battre avec des barbares, et maintenant on l'accuse finalement d'avoir cautionné ce départ
    Me Hervé Denis, avocat de Nathalie Haddadi 29/09/2017 - par Anna Piekarec Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.