GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Procès Merah: «Rien ne fera revivre mon fils et mes deux petits-fils»

    media Samuel Sandler, père et grand-père de victimes de l'école juive, ce lundi 2 octobre 2017 à l'ouverture du procès d'Abdelkader Merah. REUTERS/Philippe Wojazer

    Coïncidence du calendrier : ce lundi matin 2 octobre s'est ouvert à Paris le procès du frère de Mohamed Merah. Celui qu'on a surnommé le tueur au scooter avait tué à Toulouse en mars 2012 trois militaires, un enseignant et trois enfants d'une école juive avant d'être abattu par le Raid. Abdelkader Merah, 35 ans, est jugé pour complicité de meurtre, mais il affirme qu'il ignorait tout du projet terroriste de son frère. L'audience devant les assises spéciales de Paris s'est déroulée ce matin dans un climat tendu.

    La salle d'audience est pleine à craquer, plus une place de libre, rarement la cour d'assises de Paris n'avait connu une telle affluence. Les parties civiles sont là par dizaines. Il y a les familles des trois militaires assassinés à Montauban et puis les proches des enfants tombés sous les balles de Merah à l'école Ozar Hatorah de Toulouse.

    Le président Franck Zientara prend la parole : « Les  faits sur lesquels nous allons nous prononcer, dit-il, sont terribles. » Il demande à tous que les débats se déroulent dans « un climat apaisé empreint de dignité ».

    Dans le box des accusés Abdelkader Merah, cheveux longs et barbe fournie, décline son identité. Face à lui, Samuel Sandler, septuagénaire, ne laisse paraître aucune émotion. Son fils et ses deux petits-fils sont morts devant l'école juive.

    « Rien ne fera revivre mon fils ni mes deux petits-fils. Gabriel avait 3 ans, la tétine à la bouche et la petite cousine Myriam. Les nazis cachaient leurs méfaits, eux, au contraire, n’ont aucune humanité. A titre personnel, je n’attends rien. Il pourrit dans un trou et puis voilà », lâche M. Sandler.

    Poursuivi pour avoir aidé son frère, Abdelkader Merah encourt la perpétuité. Les débats apporteront peut-être aussi un éclairage sur la radicalisation du terroriste toulousain, car pour l'accusation Abdelkader Merah, partisan de la charia, peut être considéré comme un mentor.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.