GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Décembre
Mardi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Procès Merah: la cour décortique le parcours de l'accusé

    media Au deuxième jour du procès, Abdelkader Merah est notamment revenu sur son enfance et sur le divorce de ses parents. REUTERS/Philippe Wojazer

    Deuxième jour du procès en France d'Abdelkader Merah, accusé de complicité dans les crimes terroristes commis par son frère Mohamed en 2012. L'assassinat de trois militaires, d'un enseignant et de trois enfants juifs avaient constitué un choc terrible en France alors que l'hexagone n'avait à l'époque plus connu d'attaque terroriste depuis le milieu des années 90. Ce matin, la cour d’assises s’est intéressée à la personnalité de l’accusé, un accusé à la jeunesse tourmentée.

    Avec notre envoyé spécial à la cour d'assises spéciale de Paris, Franck Alexandre

    Il parle avec un accent toulousain très prononcé. La Ville rose, Abdelkader Merah y est né il y  a 35 ans, à la cité des Izards. Ses jeunes années sont plutôt heureuses, se souvient-il. Troisième d’une fratrie de cinq enfants, il ne manque de rien. Son père Mohamed, aujourd’hui retraité en Algérie, est ouvrier. Sa mère Zoulikha, également de nationalité algérienne, est femme au foyer. Abdelkader Merah le confesse, il y avait cependant peu d’échanges avec ses parents : « C’est la culture algérienne et on ne peut pas la comparer au mode de vie occidental. »

    Sa vie bascule quand ses parents divorcent, il y a dix ans. Les rapports de l’assistance publique note alors qu’Abdelkader Merah n’a aucune limite. Il est violent, il consomme massivement de l’alcool et du cannabis. Dans son quartier, on le surnomme « Jack » pour son goût immodéré du whisky.

    Le virage islamiste

    Mais, après les attentats de New York en 2001, il devient « Ben-Ben ». « Tous les musulmans étaient euphoriques. Je criais "Vive Ben Laden". Ça m’a collé à la peau. »

    En 2006, il se marie, religieusement, par téléphone. « Au regard du créateur, c’est suffisant », dit-il à la cour. Avant les meurtres commis par son frère, il s’était installé dans un petit village de la région toulousaine car la ville à ses yeux est pleine de turpitudes et de péchés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.