GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentat de Marseille: les enquêteurs se penchent sur d’étranges versements

    media Policiers et militaires sur les marches qui mènent à la gare Saint-Charles après l'attaque au couteau. Stan MARCELJA / TWITTER / AFP

    Trois jours après l'attaque au couteau qui s’est déroulée à Marseille devant la gare Saint-Charles, l'enquête se poursuit. Cinq personnes ayant été en relation avec Ahmed Hachani ont été placées en garde à vue, l'appartement du tueur présumé a été perquisitionné et la police s'interroge sur plusieurs versements d'argent perçus par le terroriste.

    Le Parisien révèle que Ahmed Hachani, Tunisien âgé de 29 ans, aurait touché un montant total de 2 000 euros, dans les jours précédant son passage à l'acte. Mais pour l'instant rien ne permet d'affirmer que cet argent ait un lien avec la tragédie de la gare Saint-Charles. Car de fait, le tueur présumé, en situation irrégulière sur le territoire, n'était connu que pour des faits de petite délinquance.

    Il avait d'ailleurs été interpellé, à Lyon, la semaine dernière, pour le vol d'une veste dans un centre commercial. La police avait demandé son placement dans un centre de rétention en vue de son expulsion mais le fonctionnaire de préfecture chargé de signer les papiers était absent et le centre en question était complet. L'homme avait donc été libéré samedi soir au terme de sa garde à vue.

    Domicile perquisitionné

    Y a-t-il eu une éventuelle défaillance judiciaire ou administrative ? C'est ce que devra dire l'enquête interne de l'Inspection générale saisie par le ministre de l'Intérieur.

    Son domicile marseillais a depuis été perquisitionné. Un sac noir est en cours d'analyse et des vidéos islamistes ont été retrouvées dans son téléphone portable. Mais aucune trace d'allégeance formelle à l'organisation Etat Islamique n'a pour l'instant été détectée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.