GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Journée mondiale du refus de la misère: programmation spéciale sur les antennes de RFI à partir de 5h10 TU (7h10, heure de Paris)
    • En raison d’un mouvement de grève, la mise à jour des sites et des antennes de RFI peut être perturbée. Merci de votre compréhension.
    Moyen-Orient

    Irak: Haïdar al-Abadi, le chef du gouvernement, à la rencontre d'Emmanuel Macron

    media Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi. REUTERS/via Reuters TV

    Haïdar al-Abadi, le chef du gouvernement irakien, est de passage à Paris. Il y est reçu par Emmanuel Macron le 5 octobre au matin. Cette visite intervient dans un double contexte : celui de la défaite militaire du groupe Etat islamique en Irak et celui des tensions entre le pouvoir de Bagdad et les Kurdes irakiens, suite à leur référendum du 25 septembre.

    L'unité et la stabilité de l'Irak vont être au cœur des discussions ce jeudi, lors de la visite à Paris du Premier ministre Haïdar al-Abadi. Il va donc être notamment question des tensions actuelles entre les Kurdes et le pouvoir central de Bagad.

    La France juge inopportune la tenue du référendum d'indépendance organisé par les Kurdes. « Leurs aspirations sont légitimes lorsqu'ils demandent le respect de leurs droits prévus dans la Constitution irakienne, mais l'autonomie ne signifie pas l'indépendance » confie à ce propos une source diplomatique française.

    Construire l'Irak post-groupe Etat islamique

    Mais l'unité et la stabilité sont aussi les enjeux d'un nouveau chapitre qui s'ouvre en Irak : celui de l'après-Etat islamique. Après des années de combats, l'organisation jihadiste est sur le point de perdre ses tout derniers bastions. Des combats auxquels la France - au sein de la coalition internationale – a participé.

    Paris souhaite que l'Irak évite les erreurs du passé, quand la stigmatisation de la minorité sunnite a facilité la montée en puissance du groupe Etat islamique. Son message politique s'accompagne de gestes concrets : la France a récemment débloqué 500 millions d'euros d'aide à l'Irak.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.