GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 27 Avril
Samedi 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    La Française Audrey Azoulay élue directrice générale de l'Unesco

    media Audrey Azoulay MinistereCC

    Audrey Azoulay, 45 ans, ancienne ministre française de la Culture, a été élue vendredi soir directrice générale de l'Unesco face au Qatari Hamad Al-Kawari. Mme Azoulay a obtenu 30 voix, son adversaire 28, au sein des 58 membres du conseil exécutif dont le choix doit être encore validé par la conférence générale des Etats membres le 10 novembre, selon les résultats officiels. « Félicitations à Audrey Azoulay ! La France continuera à se battre pour la science, l'éducation et la culture dans le monde », a tweeté le président Emmanuel Macron.

    Lors de l'ultime tour d'un scrutin très serré entamé lundi, les 58 membres du Conseil exécutif de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, ont préféré la candidate française au représentant qatari, par 30 voix contre 28. Audrey Azoulay a reçu le soutien de l'Egypte, dont la candidate avait été éliminée sur la dernière ligne droite.

    Mais Le Caire a néanmoins demandé à l'Unesco, dont le siège se trouve dans la capitale française, « la vérification des violations détectées tout au long du processus électoral », selon un porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères.

    Le candidat du Qatar, qui faisait la course en tête depuis le début malgré la résurgence de vieux soupçons d'antisémitisme relayés par le Centre Simon Wiesenthal Europe, ne faisait pas l'unanimité des pays arabes en délicatesse avec Doha.

    Restaurer l'efficacité et la crédibilité de l'Unesco

    En juin, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont en effet rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de l'Iran. Ces quatre pays ont imposé un embargo au Qatar, qui a rejeté toutes les accusations à son encontre, y voyant une ingérence dans sa politique étrangère.

    La bataille a cependant été âpre pour prendre le leadership d'une organisation déjà fragilisée par ses dissensions et ses difficultés économiques, et à laquelle les Etats-Unis et Israël avaient porté « un coup dur » avec l'annonce jeudi de leur départ, selon la directrice générale sortante de l'organisation, la Bulgare Irina Bokova. Washington et Tel Aviv ont voulu ainsi exprimer leur exaspération face à une organisation qu'ils accusent d'être devenue anti-israélienne. Les Etats-Unis avaient déjà suspendu leur contribution financière régulière il y a six ans.

    A des journalistes vendredi après-midi, Mme Azoulay a affirmé que sa candidature visait notamment à « restaurer l'efficacité et la crédibilité » de l'agence qui « traverse une crise politique profonde ».


    • Audrey Azouley, une femme de culture et de cinéma

    Audrey Azoulay était encore ministre de la culture de François Hollande quand elle a déposé sa candidature auprès de l'Unesco. Son projet est de redonner à l'organisation onusienne sa vocation universelle. Un défi alors qu'Israël et les Etats-Unis viennent d'annoncer leur retrait de l'institution qui serait selon eux « anti-israelienne ». 

    La nomination d'Audrey Azoulay les contredit. Ses parents, juifs marocains, sont nés à Essaouira au Maroc. Son père est conseiller auprès du roi du Maroc, et sa mère est  écrivaine, Audrey Azoulay est née en 1972 en France de l'autre coté de la Méditerranée. Maîtrise de gestion à l'université Paris-Dauphine, Science-po puis l'École nationale d'administration un parcours brillant et une idée : travailler dans le monde de la culture où elle a toujours baigné.

    Ce sera d'abord le cinéma au Centre national du cinéma dont elle devient la directrice générale, puis le ministère de la culture en 2014 grâce à François Hollande qui apprécie sa légèreté et son humour.

    En 2015 elle incarne pour la presse française la « jeune garde du président ». Elle a défendu l'exception culturelle française face aux Etats-Unis. La voilà désormais à la tête d'une institution qui a notamment la charge de protéger le patrimoine mondial de l'humanité.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.