GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Janvier
Lundi 15 Janvier
Mardi 16 Janvier
Mercredi 17 Janvier
Aujourd'hui
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Football: le Maroc et le Soudan sont qualifiés pour les quarts de finale du CHAN 2018, la Guinée et la Mauritanie éliminées
    Dernières infos
    France

    Réforme de l'assurance-chômage: Macron promet, les syndicats inquiets

    media Emmanuel Macron et Laurent Berger (CFDT) lors de leur rencontre à l'Elysée, le 13 octobre 2017. REUTERS/Ludovic Marin/Pool

    Emmanuel Macron a reçu hier et ce matin les principaux leaders syndicaux et patronaux un par un pour leur présenter son deuxième train de réformes du marché du travail. Au menu : les réformes de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l'assurance-chômage. Quel est le bilan de cette série de rencontres ?

    A la sortie de l'Elysée, les représentants syndicaux et patronaux avaient plus de questions que de réponses en tête. Il faut dire que ces entretiens avaient pour but de présenter les trois réformes à venir, mais dans les grandes lignes uniquement.

    Pour entrer dans le détail, il faudra attendre la semaine prochaine avec une nouvelle série de rencontres à Matignon et avec la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Les dossiers de l'apprentissage et de la formation professionnelle seront ouverts en premier. Mais la réforme qui suscite le plus d'inquiétude est sans conteste celle de l'assurance-chômage.

    Emmanuel Macron veut l'élargir aux indépendants et à tous les démissionnaires. Mais avec quel argent ?, se sont invariablement demandés les partenaires sociaux. Les syndicats notamment craignent une baisse des allocations. Ce matin, Laurent Berger, le président de la CFDT a posé la question à Emmanuel Macron : « Le président de la République a été extrêmement clair en disant qu'il ne voulait pas de réduction des droits. Donc je ne serai satisfait que lorsque j'aurai vu que c'est exactement le cas. »

    Le financement de ce régime est en tous cas en train d'évoluer avec la suppression des côtisations salariales. Et avec le financement, c'est la gouvernance du régime qui devrait changer. Le gouvernement veut renforcer le rôle de l'Etat, au risque de diluer le pouvoir des partenaires sociaux. Mais Force ouvrière (FO) voit d'un mauvais oeil une gestion tripartite et Laurent Berger a insisté :  syndicats et patronat n'ont pas démérité et doivent conserver leur responsabilité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.