GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
Aujourd'hui
Samedi 28 Avril
Dimanche 29 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Jean-Luc Mélenchon révèle ses plans pour l’avenir de la France insoumise

    media Jean-Luc Mélenchon pendant un discours place de la Répubique, à Paris, le 23 septembre 2017. REUTERS/Philippe Wojazer

    Quel futur pour La France insoumise ? Dans un grand entretien à l'hebdomadaire Le 1, Jean-Luc Mélenchon dévoile sa vision pour le développement de son organisation, à quelques semaines de la convention du parti qui vise à structurer le mouvement. L'objectif est de transformer une écurie présidentielle créée il y a moins de deux ans en un « mouvement populaire de masse », dont la tactique serait celle « du bélier ».

    « La tactique du bélier, c'est frapper sans pause, en comptant que la muraille finira par tomber ». Jean-Luc Mélenchon veut mettre en place derrière lui une organisation parée pour un combat de longue haleine. Pour cela, fini le parti – ringard et obsolète – place au mouvement.

    Comme son nom l'indique, le mouvement présente l’avantage d’être toujours dans l'action et d’avoir une vocation plus large. Ainsi, La France insoumise doit « mener des campagnes » tous azimuts en laissant faire les initiatives locales, mais aussi se montrer utile sur le terrain, par exemple pour aider les personnes dans le besoin. Jean-Luc Mélenchon reprend même l'idée d'une contre-société, en citant une réflexion en cours sur la création de « scouts insoumis ».

    Et son rôle dans tout ça ? « Je sers de clé de voûte », répond Jean-Luc Mélenchon, qui assure « laisser beaucoup de choses se faire toutes seules ». Pour le reste, « il n'y a pas de direction », lance le député, qui va même jusqu'à dire que l'objectif du mouvement n’est « pas d'être démocratique mais d'être collectif ».

    Une organisation qui cache une concentration des pouvoirs entre ses mains et celles de ses proches, jugent les détracteurs de l’élu des Bouches-du-Rhône dans le reste de la classe politique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.