GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Mai
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Aujourd'hui
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Pour son premier meeting, Laurent Wauquiez fait de l'œil aux électeurs FN

    media Dans un grand meeting à Mandelieu-la-Napoule le 25 octobre 2017, Laurent Wauquiez, tout en souhaitant le rassemblement de son parti, flatte l'électorat tenté par le FN. (Photo prise le 3 septembre 2017). PHILIPPE DESMAZES / AFP

    A la veille de l'annonce officielle des candidatures à la présidence du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez a organisé ce mercredi 25 octobre son premier grand meeting à Mandelieu-la-Napoule, dans le sud de la France. Il a prononcé un discours très droitier, un appel du pied on ne peut plus clair aux électeurs du Front national nombreux dans la région.

    Avec notre envoyée spéciale à Mandelieu-la-Napoule, Anne Soetemondt

    Pour son premier grand meeting, Laurent Wauquiez a voulu montrer qu'il savait rassembler. C'est donc entouré d'une trentaine d'élus que l'archi-favori à la présidence du parti est arrivé sur scène.

    Mais sur le fond, sa ligne est quant à elle très à droite. « On a érigé toute une série de sujets en tabous : la nation, l'immigration massive, l'identité, la lutte contre l'islamisme. Je ne lâcherai rien », promet-il. La promesse vise à flatter un électorat tenté par le FN. Et pour cela, Laurent Wauquiez n'hésite pas à employer des formules dignes de Marine Le Pen. « Ce n'est pas à la France de s'adapter à l'étranger, c'est à l'étranger de s'adapter à la France ! » lance-t-il, provoquant une salve d'applaudissements.

    Cet appel du pied ne dérange par Emmanuelle Mortier. Cette mère de famille vient de prendre sa carte au parti. « Beaucoup de personnes vont vers le Front national parce qu'elles n'entendent pas ce son-là. Quand je vois qu'on est agressé, cela me fait réagir et je pense que c'est comme cela qu'il faut répondre », estime-t-elle.

    Marino Cassez, maire d'un petit village de 60 habitants, est du même avis. Il est inquiet du succès du FN dans sa région. « [Laurent Wauquiez] affirme vraiment ce que la majorité silencieuse n'ose pas dire : le Front national a pris la place que la droite devait prendre », juge-t-il.

    Une ligne politique revendiquée par Laurent Wauquiez qui poursuit dans le même temps son travail de rassemblement : il rencontre ce jeudi le quasi « constructif » Christian Estrosi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.