GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    En France, l’état d’urgence s’achève sur un bilan mitigé

    media Des soldats français patrouillent dans le métro de Marseille, le dimanche 15 novembre 2015, deux jours après la proclamation de l'état d'urgence décrété après les attentats. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

    C'est ce mardi 31 octobre qu'entre en vigueur en France la nouvelle loi antiterroriste promulguée lundi par Emmanuel Macron. Une loi censée prendre le relais de l'état d'urgence en vigueur depuis presque deux ans et les attentats du Bataclan et de Saint-Denis. C'était le 13 novembre 2015. La France aura donc vécu 23 mois sous état d'urgence. Un record.

    Un an, 11 mois et 18 jours, prolongés à six reprises, depuis le 13 novembre 2015. C'est un état d'urgence record qui s'achève ce mardi à minuit, avec derrière lui un bilan mitigé.

    L'une de ses principales dispositions, la perquisition administrative sans contrôle a priori d'un juge, a été très utilisée, 4 600 fois au total. Mais voilà, seulement un millier de ces perquisitions a conduit à l'ouverture d'une enquête judiciaire et parmi elles, seules 23 relèvent du terrorisme.

    L'explication est simple : utilisées en cas de soupçon, elles ont plus concerné des apologies du terrorisme ou des consultations de sites jihadistes que des projets d'attentats. Les perquisitions ont tout de même alimenté le renseignement. Les saisies de matériel informatique ont par exemple permis d'identifier des réseaux.

    Malgré cela, l'état d'urgence n'a pas empêché les tueries : Nice, le 14 juillet 2016 avec 86 victimes ; l'assassinat du père Hamel à Saint-Etienne du Rouvray ou encore le meurtre de deux policiers à Magnanville.

    Les Français restent cependant attachés à l'état d'urgence face à une menace terroriste qu'ils considèrent toujours aussi élevée. Les trois quarts d'entre eux souhaitent son maintien voire son renforcement.

    (Re) lire : France: pour comprendre la loi antiterroriste qui va remplacer l’état d’urgence

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.