GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Le Secours Catholique remet les pendules à l'heure sur la pauvreté en France

    media Le Secours catholique publie son rapport annuel et démolit les préjugés sur la pauvreté. (photo d'illustration) JEFF PACHOUD / AFP

    Le Secours Catholique publie ce jeudi 9 novembre son traditionnel rapport annuel sur la pauvreté en France. Basé sur l’analyse de plus de 85 000 fiches statistiques que remplissent les bénéficiaires de l’association au moment de leur inscription, il dresse un tableau bien inquiétant et bat en brèche le mythe de l’assistanat dont profiteraient les plus démunis.

    Les familles sont de plus en plus pauvres, les étrangers sont de plus en plus isolés, et les seniors en grande difficulté : la pauvreté ne faiblit pas en France. En 2016, le Secours Catholique a accueilli plus d’1,4 million de personnes, venues chercher une écoute, un conseil, une aide matérielle. Plus de la moitié étaient des femmes. Des mères isolées et des femmes seules gagnant peu ou touchant de petites retraites.

    Les étrangers, surtout ceux sans statut légal, qui ne peuvent ni travailler ni toucher les aides sociales et qui n’ont aucune ressource pour vivre sont une autre catégorie de population particulièrement vulnérable. Le Secours Catholique s’alarme aussi de la situation des jeunes qui n’arrivent pas à prendre leur autonomie faute d’emploi ou de qualifications.

    Chômage, travail précaire, non accès à la formation professionnelle, exclusion, voilà le nœud du problème. Dans son rapport annuel, l'association souligne aussi que près de 40% des pauvres qui auraient bien le droit de bénéficier des minimas sociaux ne les demandent pas. Par méconnaissance, mais souvent tout simplement par honte.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.