GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: «Rive», un dispositif de déradicalisation testé en secret depuis un an

    media Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, a dévoilé jeudi 9 novembre le dispositif Rive, un programme expérimental en milieu ouvert lancé il y a un an dans le plus grand secret. FRANCOIS GUILLOT / AFP

    Un mois avant l'annonce d'un « plan national » de lutte contre la radicalisation, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a dévoilé jeudi le dispositif Rive : « Recherche et intervention sur les violences extrémistes ». Ce programme expérimental a été lancé en milieu ouvert il y a un an dans le plus grand secret.

    Encore au stade expérimental, le dispositif Rive, « recherche et intervention sur les violences extrémistes », s'adresse à des personnes signalées pour leur radicalisation ou déjà condamnées pour des infractions en lien avec une entreprise terroriste.

    La force de ce dispositif est de proposer un suivi au cas par cas et hors des murs de la prison. Chaque personne est accompagnée, à raison de six heures par semaine, par une équipe pluridisciplinaire composée de psychologues, d'éducateurs ou de référents religieux. Ils peuvent, par exemple, proposer une journée de bénévolat au sein d'une association, une visite au carré musulman dans un cimetière, ou encore un entretien avec un spécialiste de l'islam.

    « Nous mettons l'accent sur la réinsertion de personnes qui n'ont pas vocation à rester en prison, qui vont de toutes les façons sortir et qu'il faut accompagner le mieux possible », a expliqué Géraldine Blin, qui pilote la lutte contre la radicalisation violente à la Direction de l'administration pénitentiaire.

    Ces arguments semblent convaincre la ministre de la Justice, Nicolas Belloubet, qui n'est pas favorable au regroupement des détenus radicalisés dans les prisons. Elle salue l'individualisation de la prise en charge, car « c'est la volonté et la dignité de la République de chercher à remettre dans une vie citoyenne l'ensemble des personnes qui composent notre société ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.