GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Première Guerre mondiale: les tombes des morts pour la France disparaissent

    media Cimetière du père Lachaise, Paris (photo d'illustration): les morts de la Grande guerre sont souvent inhummés dans des tombes familiales dont les concessions viennent à expirer. Comment assurer leur sauvegarde ? John S Lander/LightRocket/Getty

    Comment entretenir la mémoire de la Première Guerre mondiale? En ce 99e anniversaire de l'armistice de 1918, de nombreuses cérémonies vont avoir lieu sur le territoire. Mais un patrimoine s'efface petit à petit : les tombes des morts pour la France. Nombre d'entre eux reposent dans les nécropoles nationales, mais les caveaux familiaux disparaissent de plus en plus.

    Il y a 500 000 tombes de soldats morts pour la France réparties dans tout le pays. Cependant, ce patrimoine disparaît en silence.

    « En 1920, en France, nous étions face à 1,4 million de morts. Plus de 300 000 [coprs] ont été restitués aux familles. Ces combattants ont été inhumés généralement dans des tombes familiales. Ces tombes [des concessions NDLR] ont une durée de quinze ans, quarante ans, cinquante ans, quatre-vingt-dix-neuf ans. Tous ces soldats morts pour la France inhumés dans des caveaux familiaux sont donc appelés à disparaître et rejoindre les fosses communes », explique Serge Barcelini, le président de l'association nationale du souvenir français.

    S'il n'y a pas de chiffres précis, on sait cependant qu’il s’agit d’un phénomène d'ampleur contre lequel Serge Barcelini entend lutter avec l'aide notamment des nouvelles technologies.

    « La géolocalisation est à la fois une réponse pour la pédagogie de la mémoire, pour la transmettre. Mais c’est aussi une réponse pour stabiliser, enraciner, les tombes dans les lieux où elles sont », explique-t-il.

    L'association Le souvenir français entend ainsi géolocaliser les tombes de tous les soldats morts pour la France. Les premières le seront à partir de ce samedi 11 novembre.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.