GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 24 Janvier
Jeudi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Droit des étrangers en France: rappel à l'ordre du Conseil constitutionnel

    media Les locaux du Conseil constitutionnel français à Paris. Depuis 2008, un justiciable peut demander au Conseil constitutionnel si le traitement qui subit est constitutionnel ou non. Jacques DEMARTHON / AFP

    Le Conseil constitutionnel français a censuré partiellement, ce vendredi 1er décemble 2017, l'article du Code des étrangers portant sur les assignations à résidence. L'institution a été saisie par Kamel Daoudi, un Algérien de 43 ans, qui est assigné à résidence depuis plusieurs années. Il a posé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) pour savoir si cette assignation à résidence sans limite dans le temps était conforme à la loi fondamentale.

    Kamel Daoudi a posé une question prioritaire de constitutionnalité pour savoir si son assignation à résidence sans limite dans le temps était conforme à la Constitution française. « Oui, mais... », ont répondu les sages.

    Oui, l'assignation est conforme. Mais la loi aurait dû prévoir qu'au-delà d'une « certaine durée », l'administration soit tenue de « justifier de circonstances particulières imposant le maintien de l'assignation ».

    Le cas de Kamel Daoudi est complexe. Membre d’un groupe islamiste affilié à al-Qaïda, il a été condamné à six ans de prison ferme lors d'un procès en 2006, soupçonné d'avoir préparé un attentat contre l'ambassade des Etats-Unis à Paris.

    A sa sortie de prison, il a perdu la nationalité française et a été interdit du territoire français. Mais la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a bloqué son expulsion vers l'Algérie en raison du risque de mauvais traitements encourus.

    Depuis un an, Kamel Daoudi est forcé de vivre à 450 kilomètres de sa famille, avec l'obligation de pointer au commissariat plusieurs fois par jour. Le Conseil constitutionnel précise dans sa décision que le ministère de l'Intérieur doit tenir compte des liens familiaux pour fixer les conditions de l'assignation.

    Le Parlement a jusqu'au 30 juin 2018 pour corriger la loi afin qu'elle soit conforme aux exigences du Conseil constitutionnel.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.