GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Septembre
Jeudi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    C'est un coup dur pour le Premier ministre Boris Johnson. Le président de la Chambre des communes a immédiatement déclaré que l'assemblée devait «se réunir sans délai».

    Dernières infos
    France

    Benoît Hamon veut donner un nouveau souffle à son mouvement baptisé Génération.s

    media Benoît Hamon, lors du vote de la charte de son parti Génération.s, au Mans, le 2 décembre 2017. JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

    Il veut devenir la « première force du progrès ». Benoît Hamon, ancien candidat socialiste à la présidentielle, a tenté ce samedi 2 décembre au Mans de relancer son mouvement en changeant son nom.

    Malgré ses 6% de voix à la présidentielle, Benoît Hamon continue d'y croire. Devant quelque 2 000 personnes réunies au Mans, l'ancien candidat socialiste a rebaptisé le mouvement qu'il avait lancé le 1er juillet dernier.

    « On a eu un coup de coeur pour une proposition qui dit justement tout ce que nous sommes, tout ce qui nous réunit, et qui à partir du mouvement du 1er juillet aboutit à Génération.s », a présenté l'ex-candidat PS à la présidentielle.

    Un mouvement rebaptisé pour se relancer. La journée a été consacrée à la structuration du parti : 550 comités locaux ont été créés tandis que 42 000 personnes ont rejoint le mouvement depuis l'été.

    « Je ne serai plus jamais socialiste sans être écologiste »

    Benoît Hamon a l'ambition de voir Génération.s occuper une place centrale dans un paysage politique en pleine recomposition après l'élection d'Emmanuel Macron.

    Pour ce faire, il rêve d'un destin commun avec les Verts. « Je ne serai plus jamais socialiste sans être écologiste » a-t-il insisté à la tribune. Des mots applaudis par Cécile Duflot. Plusieurs membres d'Europe Ecologie-Les Verts ont d'ailleurs rejoint la tête du mouvement.

    La grande question est celle de la place que Génération.s va pouvoir se faire aux côtés de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, avec qui les divergences sont nombreuses. Notamment sur la question européenne, un point central puisque les prochaines élections seront européennes, en 2019.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.