GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Référendum en Nouvelle-Calédonie: les premiers pas d'Edouard Philippe à Nouméa

    media Nouméa, capitale de la Nouvelle-Calédonie (photo d'illustration). Gettyimages / Piero Damiani

    Edouard Philippe est en Nouvelle-Calédonie. Le Premier ministre français va passer quatre jours sur cet archipel français situé à l'est de l'Australie. Dans moins d'un an, au plus tard en novembre 2018, les Néo-Calédoniens décideront de leur avenir lors d'un référendum : rester rattaché à la France, ou accéder à une pleine souveraineté.

    A peine arrivé à Louméa, Edouard Philippe est allé à la rencontre des habitants au marché de la ville. Les traits tirés après une vingtaine d'heures de voyage, il a voulu commencer son déplacement auprès des Néo-Calédoniens. Collier de fleurs autour du cou et noix de coco dans les mains, le Premier ministre a enchaîné les selfies et les bises.

    Pendant quatre jours, jusqu'à mardi, M. Philippe va enchaîner les rencontres avec les formations politiques, les tribus et les industriels. Objectif : accompagner dans le calme la Nouvelle-Calédonie jusqu'au référendum. Et pour cela, le chef du gouvernement devra parler de la suite, de l'après-référendum, dissiper le flou et les inquiétudes.

    « Les enjeux pour la Nouvelle-Calédonie sont considérables, explique le Premier ministre au micro de notre envoyé spécial Julien Chavanne. C'est un processus ancien, commencé en 1988, qui s'est accéléré en 1998, et qui permet à l'ensemble des parties néo-calédoniennes de travailler ensemble et de penser, d'imaginer, quel sera leur futur commun, leur destin commun. »

    Ce référendum est une étape majeure du processus de décolonisation de ce territoire lointain, contrôlé par la France depuis 1853. Le processus avait été engagé après les violences meurtrières des années 1980. Pour les Kanaks, le peuple qui vivait là avant l'arrivée des Français, ce scrutin sera un pas supplémentaire vers l'indépendance.

    « Quel statut on peut donner à ce territoire ? »

    Selon les observateurs, pourtant, il est vraisemblable que les indépendantistes perdent le scrutin. Mais il faudra alors réfléchir à la suite, car ils veulent absolument « un acte de décolonisation fort, qui reconnaisse aux Kanaks qui ce pays est le leur et que sur cette terre, ils ont accueilli des gens », explique Alban Bensa, anthropologue à l'EHESS.

    Pour ce spécialiste de la Nouvelle-Calédonie, il faut que « cette reconnaissance soit marquée institutionnellement par le nouveau statut » pour calmer les ardeurs. « Quel statut on peut donner à ce territoire qui veut sortir de l'espace français tout en gardant des relations historiques continues et bonnes avec la France ? », interroge-t-il.

    Cette perspective inquiète les métropolitains installés dans l'archipel, qui craignent un regain de tension entre les communautés. Les élus locaux et l'Etat souhaitent cependant organiser une consultation « loyale et incontestable », selon les mots d'Edouard Philippe. Pas question pour lui d'appeler à voter contre l'indépendance explicitement.

    « L'Etat est un acteur de ce processus, rappelle M. Philippe. Il n'est pas seulement un garant, un observateur éclairé et intéressé, il lui incombe à lui comme aux autres parties de faire en sorte que ce processus unique dans notre histoire, et assez unique dans l'ensemble des pays comparables, puisse se dérouler calmement et permettre une solution à la fois durable, pacifique et dans l'intérêt de la Nouvelle-Calédonie. »

    reportage
    Les premiers pas du Premier ministre Edouard Philippe sur le Caillou 02/12/2017 - par Julien Chavanne Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.