GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les Saoudiennes pourront également conduire des motos et des camions à compter de juin 2018 (autorités)
    • Un fort séisme de magnitude 6,5 a frappé l'île de Java faisant trois morts et sept blessés (autorités)
    France

    Corse: la coalition nationaliste en tête du 1er tour des territoriales

    media Le candidat nationaliste corse Gilles Simeoni (au centre) et ses militants fêtent leur victoire aux élections territoriales à Bastia, le 3 décembre 2017. PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

    La Corse en route vers une plus grande autonomie. Les nationalistes, menés par Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, sont arrivés très largement en tête du premier tour des élections territoriales. Un scrutin marqué par une forte abstention.

    Avec 45,36% des voix, la liste « Pè a Corsica » (Pour la Corse), qui rassemble les autonomistes de Gilles Simeoni et les indépendantistes de Jean-Guy Talamoni frôle la victoire dès le premier tour.

    Un raz-de-marée attendu pour la coalition nationaliste qui prendra, sauf effondrement dimanche prochain, le contrôle de la toute nouvelle collectivité corse et devrait donc négocier l'autonomie, dont le principe est au centre du programme nationaliste.

    « Un signal très fort à Paris »

    « Je crois qu'aujourd'hui la Corse envoie un signal très fort à Paris et dit d'une voix très largement majoritaire : nous voulons la paix, nous voulons la démocratie, nous voulons construire une île émancipée. A Paris de faire sa part de chemin pour qu'ensemble nous élaborions une solution politique », a réagi Gilles Simeoni dimanche soir interrogé par l'Agence France-Presse (AFP).

    « Au deuxième tour, nous allons demander aux Corses de nous placer le plus haut possible de façon à avoir une légitimité pour obtenir l'ouverture de négociations sur des sujets essentiels : la coofficialité de notre langue, le statut de résident pour protéger les électeurs, l'amnistie pour les prisonniers et les recherchés », a poursuivi Jean-Guy Talamoni.

    Une forte abstention

    Loin derrière, en deuxième position avec presque 15% des voix, arrive la droite régionaliste. Suivie par la liste Les Républicains, avec 12,77%. Enfin, celle de la République en marche obtient un peu plus de 11% des voix.

    Il y aura donc 4 listes au second tour. N'y seront pas représentés, car sous le seuil des 7% : les indépendantistes de U Rinnovu, représentants d'une ligne dure, la gauche et le Front national qui signe une véritable contre-performance avec seulement 3,28% des voix contre 40% pour Marine Le Pen au second tour de la présidentielle.

    Des résultats à lire toutefois avec prudence, étant donné le fort taux d'abstention qui s'élève à 47,83%. Soit 7 points de plus qu'en 2015.

    REPORTAGE
    A partir du moment où on refuse de discuter avec des élus qui ont été désignés par le suffrage universel, à partir du moment où on ferme la porte au dialogue, on est dans un déni de démocratie. Je pense et j'espère qu'à travers le vote historique de ce soir ce déni de démocratie va cesser et que le gouvernement, l'Etat et le président de la République vont enfin ouvrir la voie du dialogue avec la Corse.
    Elections territoriales en Corse, un raz de marée pour les nationalistes 04/12/2017 - par France Bleu Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.