GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Japon prévoit un budget record de 46 milliards de dollars pour renforcer sa défense antimissile contre la menace nord-coréenne (Nikkei)
    • Inde: Rahul Gandhi devient le président du parti du Congrès (opposition)
    France

    MSF ouvre un centre d’accueil pour jeunes migrants près de Paris

    media Des migrants installés à la porte de la Chapelle, à Paris le 29 juin 2017. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

    Ce mardi, Médecins sans frontières ouvre à Pantin, dans le nord de Paris, un centre d’accueil et d’orientation médical et administratif pour venir en aide aux mineurs étrangers non accompagnés. C'est une grande première pour cette ONG qui œuvre essentiellement à l’international. On estime à 25 000 le nombre de jeunes qui ont demandé le statut de mineurs non accompagnés en France en 2017 (contre 13 000) l’an dernier.

    Avec notre envoyée spéciale à Pantin, Sylvie Koffi

    Situé à deux pas de l’église de Pantin, le centre a été aménagé dans un ancien laboratoire de 600 m2, sur deux étages. Tout a été pensé pour accueillir ces jeunes rescapés qui ont pris tous les risques pour fuir un conflit, la pauvreté ou pour rejoindre un proche. Arrivés à Paris, ils sont seuls et à la rue.

    « On attend également des gens venant du Tchad et du Soudan et des jeunes venant d’Afghanistan », explique Laureen Cissé, responsable du centre et de la gestion des différents pôles d’activités : le pôle santé somatique, le pôle santé mentale, le pôle juridique et le pôle vie sociale.

    « Les jeunes sont accompagnés ici par un éducateur notamment qui va leur donner accès à cette première salle, qui est une salle d’activité. Là ils vont pouvoir s’asseoir, se poser, s’amuser, charger les téléphones, c’est quelque chose de très important pour eux et c’est quelque chose d’extrêmement difficile pour eux dans la rue. S’ils ont des questions, on pourra y répondre et après ils seront vus en consultation avec les différents partenaires, selon leurs besoins. »

    Une « question de survie »

    Corinne Torre, chargée de mission France chez MSF rappelle la nécessité d'avoir une structure comme celle-ci : « Il faut absolument cesser de traiter [ces jeunes] à charge et de les laisser dans la rue. C’est impossible. C’est une population particulièrement vulnérable, qui a des risques en plus de tomber dans des réseaux de passeurs, dans des réseaux de prostitution parce qu’aujourd’hui c’est une question de survie pour eux. Ils n’ont pas accès à l’aide alimentaire, ils n’ont pas accès aux soins. C’est absolument indigne. »

    Le centre ouvre dès 9 heures, et peut recevoir une cinquantaine de jeunes pour des démarches administratives ou de santé. Et ils devront quitter les lieux le soir à 17 h.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.