GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 25 Octobre
Vendredi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Mort de Johnny Hallyday: gouvernement et députés saluent la mémoire de l’artiste

    media A l'Assemblée, la quasi-totalité des députés et les ministres ont salué le défunt par une standing ovation. Paris, le 6 décembre 2017. Bertrand GUAY / AFP

    Le deuil et l'émotion sont toujours très forts en France après le décès du chanteur Johnny Hallyday. Il a succombé à un cancer du poumon dans la nuit de mardi à mercredi, à l'âge de 74 ans. La star, auteur d'innombrables tubes tout au long de sa très longue carrière, était aimée par toutes les générations. Les hommages affluent de toutes parts. Mercredi, c'est le gouvernement et l'Assemblée nationale qui ont salué la mémoire de l'artiste. L'Assemblée où le Premier ministre, Edouard Philippe, a pris la parole.

    « Monsieur le président, mesdames et messieurs les députés, Johnny Hallyday avait une place très particulière dans notre pays, cet artiste exceptionnel qui a su séduire, conquérir de nouveaux publics, durer aussi », a déclaré Edouard Philippe.

    Des applaudissements, mais pas de chanson de Johnny dans l'hémicycle après l'hommage rendu par Edouard Philippe à l'artiste. Pourtant, chaque député a son titre favori.

    Pour Eric Woerth, élu Les Républicains, c'est « Oh Marie, si tu savais… ». Quant au député socialiste Olivier Faure, il préfère : « On m'a trop donné bien avant l'envie. J'ai oublié les rêves et les "merci" Toutes ces choses qui avaient un prix… », fredonne-t-il.

    Sébastien Chenu, du Front national, adore : « A force de briser dans mes mains des guitares, sur des scènes brillantes, sous des lumières bizarres… »

    Lui n'a pas le cœur à chanter : Adrien Quatennens, 27 ans, député de La France insoumise, est triste. « Mon super-héros étant gamin c’était Johnny Hallyday, dit-il. J’ai été amené à cela par mes grands-parents à l’âge de trois ans et la première fois qu’on est allé le voir en concert j’avais huit ans. Ça a été une déflagration. Et puis après, bien sûr, je suis passé à autre chose avec l’adolescence, mais je ne l’ai jamais renié. Je suis ému aujourd’hui. »

    Plusieurs députés demandent à ce qu’un hommage national soit rendu à Johnny Hallyday.

    A lire aussi : Mort de Johnny Hallyday: une avalanche d'hommages

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.