GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la production du sorbitol, dérivé du sucre détournée par le groupe EI

    media Un drapeau de l'organisation Etat islamique sur la route de la base militaire d'al-Al-Fatiha, au sud d'Hawija (Irak), le 2 octobre 2017. REUTERS/Stringer

    Samedi 9 décembre, après trois ans de combat, le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi a estimé que la victoire sur les jihadistes du groupe Etat islamique était acquise. Dans le même temps, ce dimanche 10 décembre, une grande enquête du Journal du Dimanche revient sur l'affaire du sorbitol français vendu à l’EI en Irak. De nouveaux stocks de ce dérivé du sucre qui servait à propulser les roquettes de l'organisation terroriste ont été découverts. Un produit fabriqué en Picardie par le groupe agroalimentaire Tereos.

    Pour trouver la filiale du groupe Tereos qui produit le sorbitol, il faut se rendre à 120 kilomètres de Paris dans la petite commune de Nesle, en Picardie. Une usine où l'on transforme l'amidon de blé en ce dérivé du sucre. L'entreprise Tereos est le troisième plus important industriel du sucre au monde.

    Les sacs de sorbitol, de 25 kilos chacun, ont été retrouvés entreposés dans un bâtiment près de Mossoul. Ils sont tous étiquetés avec le logo du groupe français. Interrogé par le JDD, Gérard Benedetti, directeur de la communication de Tereos, reconnaît que les sacs saisis en Irak ont bien été produits dans leur usine. Ils ont ensuite été vendus à un de leurs clients historiques en Turquie, puis détournés pour finir dans un entrepôt du groupe islamiste.

    Le géant du sucre souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Depuis les premières révélations, l'industriel a joué la transparence. Les journalistes ont pu visiter ses sites de production et poser des questions sur les lots incriminés.

    Au final, cette affaire illustre une fois de plus la complexité du contrôle de la fourniture de matières premières aux terroristes, alors que l'EI a réussi à mettre en place une stratégie discrète et efficace d'approvisionnement à travers le monde.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.