GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Les Français de Eel Energy travaillent sur l’hydrolienne du futur

    media L'hydrolienne à l'échelle 1/6e en mer dans la rade de Brest à bord du TSM Penzer, en novembre 2017. Ifremer

    Eel Energy, une jeune société française basée à Boulogne-sur-Mer, teste en ce moment une technologie dont elle est la seule à détenir les brevets : l’hydrolienne à membrane ondulante, une approche totalement nouvelle qui préserve mieux l’environnement. À découvrir au Salon World Efficiency Solutions qui se tient à Paris jusqu’à jeudi 14 décembre.

    Maîtriser les énergies renouvelables pour sauvegarder l’environnement et ralentir du même coup le réchauffement climatique, tel est le grand enjeu du XXIe siècle alors que se tient ce mardi 12 décembre à Boulogne-Billancourt, près de Paris, le One Planet Summit, le sommet international sur le climat organisé conjointement par la France, l'ONU et la Banque mondiale.

    Les solutions ne manquent pas, du solaire à l’éolien en passant par la géothermie et les énergies marines. Tout n’a pourtant pas encore été essayé et c’est dans une voie totalement nouvelle que se sont lancés, en 2011, les Français d’Eel Energy. Sous l’impulsion de l’actuel président, Jean-Baptiste Drevet, un ingénieur qui travaille sur les interactions fluide-structure depuis 20 ans, et du directeur général Franck Sylvain qui a œuvré auparavant dans la finance à la City de Londres, ils expérimentent une nouvelle technologie : l’hydrolienne à membrane ondulante.

    De quoi s’agit-il ? Alors que les hydroliennes classiques, qui ont commencé à être mises en service au début de la décennie précédente, produisent de l’énergie électrique au moyen d’une turbine actionnée par les courants  – un peu sur le même principe que les éoliennes avec le vent – l’hydrolienne Eel Energy est mue par une membrane qui ondule dans l’eau au gré de la force des courants. Si vous êtes anglophone, il ne vous aura pas échappé que « eel » signifie « anguille » dans la langue de Shakespeare.

    Toujours pas clair pour vous ? C’est très simple : imaginez une grande palme, comme celles que vous utilisez pour faire de la plongée sous-marine, mais qui ferait plusieurs mètres de long et de large. Grâce à la force du courant (v. vidéo ci-dessous), cette membrane en fibre de résine va onduler comme un poisson et restituer l’énergie de ce courant en électricité.

    Zéro déchet, zéro pollution

    Franck Sylvain (g) et Jean-Baptiste Drevet (d), les deux instigateurs du projet. Franck Sylvain

    Installées à côté des locaux de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) à Boulogne-sur-Mer, les huit personnes qui composent désormais Eel Energy ont d’abord procédé à des tests en bassin, à petite échelle, en montant graduellement en dimension. Ces dernières semaines, ils ont pour la première fois testé une hydrolienne Eel en mer, toujours sous l’égide de l’Ifremer, avec un prototype à l’échelle 1/6e. Ces essais effectués dans la rade de Brest en coopération avec le TSM Penzer et son équipage ont été concluants.

    « Avec le bateau, on a pu imposer les vitesses de courant que l’on voulait et cela nous a permis d’aller plus vite et à la machine d’avoir une plus grande amplitude que dans le bassin d’essais de Boulogne-sur-Mer » expliquait mercredi dernier au téléphone Franck Sylvain, le directeur général de la start-up. « On est en train de corriger certains défauts, reprenait-il, mais en un mois d’essais et de tests, on a beaucoup progressé, beaucoup appris et c’est plutôt encourageant. On vient même de battre le record du mois en puissance avec des pics à 4 kW/h ». En théorie, l’hydrolienne n’aura pas besoin de courants plus puissants qu’à Brest pour être performante. Si elle a besoin de courant de 1 mètre par seconde pour se mettre en mouvement, cette « anguille mécanique » atteint son niveau maximum de fonctionnement entre 2,5 et 3 m/sec, ce qui équivaut à une vitesse de 9 à 10 km/h, le tout – énorme avantage – avec zéro déchet et sans aucune pollution sonore ni visuelle.

    « Dans l’absolu, si on installait 2 000 hydroliennes sur une superficie de 3 km2 avec 2,5 m/sec de courant, on pourrait avoir l’équivalent de la puissance d’un réacteur nucléaire » avance Franck Sylvain. Nous n’en sommes évidemment pas encore là car le projet avance lentement pour une technologie aussi complexe qui, il faut le répéter, n’avait encore jamais été testée jusqu’ici. Outre l'Ifremer qui offre sa logistique, le leader mondial des systèmes d’étanchéité Hutchinson apporte son expertise pour la membrane elle-même, la société italienne Umbra fournit les alternateurs et Dassault Systèmes donne aussi un coup de main à l’entreprise en lui ouvrant ses laboratoires pour la modélisation 3D.

    Un potentiel considérable

    Eel Energy espère pouvoir commercialiser ses premières hydroliennes d'ici trois-quatre ans. Ifremer

    « On espère que, d’ici deux ans, on aura construit une machine plus grosse qui soit prête à être industrialisée », poursuit Franck Sylvain. « Si tout marche bien, espère-t-il, on aura une machine dans l’eau qui pourra être une machine commerciale, c’est-à-dire qu’elle marche sans problème pour que l’on puisse en fabriquer d’autres. Et commencer ensuite à vendre des machines dans trois-quatre ans ». En attendant, la petite équipe se serre un peu la ceinture et se donne entre 18 mois et deux ans pour concevoir une machine grandeur nature et l’installer sur un site en Écosse qui est déjà prêt à l’accueillir.

    La société compte évidemment sur sa présence au salon biennal World Efficiency Solutions qui se tient du 12 au 14 décembre Porte de Versailles à Paris, sous le patronage du président français Emmanuel Macron, pour mieux se faire connaître et attirer des investisseurs, même si, dans sa phase actuelle, le projet est bien ficelé financièrement, grâce notamment à une aide échelonnée de 3,7 M EUR octroyée par la BPI, la Banque Publique d’Investissement. Non content de viser des installations en mer, où le potentiel est considérable, surtout pour un pays comme la France qui compte le plus long littoral d’Europe et la plus grande surface maritime du monde, Eel Energy songe aussi à l’énergie fluviale. Installée dans les eaux d’un fleuve, les hydroliennes tourneraient en effet à flux continu 24 heures sur 24, ce qui n’est pas le cas avec les courants marins, soumis aux variations des marées.

    Pour en savoir plus

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.