GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Un nombre inférieur de moitié à celui du samedi 8 décembre (125 000 manifestants)

    Dernières infos
    France

    Paris: grève des employés de nettoyage de l'hôtel Holiday Inn de porte de Clichy

    media Des employés chargés du nettoyage à l'holiday Inn de Porte de Clichy, en grève, à Paris, le 7 décembre 2017. BERTRAND GUAY / AFP

    Cela fait déjà 55 jours, ce mardi 12 décembre 2017, qu’une dizaine d’employés de nettoyage tiennent le piquet de grève devant l'hôtel Holiday Inn de la porte de Clichy, à Paris. Tous les jours, même les week-ends, ces prestataires d'une société privée dénoncent leurs conditions de travail. Mais la chaîne Holiday Inn, tout comme le prestataire, restent muets.

    Assise sur une caisse en plastique devant la porte de l'hôtel, Blandine Laurenjolla replace un épais plaid de laine sur ses genoux. Depuis dix ans, cette mère de quatre jeunes enfants travaille comme gouvernante à l'hôtel Holiday Inn de la porte de Clichy. Mais voilà, il y a quelques semaines son employeur, le prestataire Héméra, lui impose une mutation dans un hôtel très loin de chez elle.

    Pour cette femme dont le plus jeune enfant a de onze mois, faire l’ouverture, ça veut maintenir dire partir de chez elle à 4h du matin. Quand elle a expliqué à son patron que c’était impossible, elle s’est entendu répondre « si tu as des petits enfants, tu restes chez toi ». Très remontée, elle dénonce un employeur qui veut « utiliser les gens comme des esclaves ».

    Comme Blandine d'autres salariés, souvent les plus anciens, ont constaté des dégradations de leurs conditions de travail et le mouvement est ainsi né. Une « casse sociale » que dénonce Eric Lamothe, équipier dans l'hôtel, lui aussi salarié de la société Héméra. Ce prestataire, « tous les jours met la pression, [essaie] de diviser pour régner ».

    Selon les grévistes, l'objectif de l'entreprise serait d'embaucher de nouveaux employés moins revendicatifs. C'est la raison pour laquelle ils exigent de devenir des salariés de l'hôtel.

    Mais, malgré l'appui des syndicats CGT et CNT, aucune avancée n'a été constaté depuis bientôt 2 mois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.