GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: plan social chez le leader mondial de la cybersécurité

    media Manifestation des salariés grévistes de Gemalto, sur une des usines de l'entreprise dans le sud de la France, le 12 décembre 2017. BORIS HORVAT / AFP

    Gemalto, leader mondial de la cyber-sécurité lance un plan social alors que l’entreprise reste bénéficiaire, avec 346 millions d’euros de bénéfice d'exploitation en 2016. 288 postes sont menacés en France (environ 10 % des effectifs), au moment même où une entreprise informatique, Atos, fait une offre de rachat. Les 600 salariés en grève des sites de Gémenos et la Ciotat, près de Marseille, s’interrogent sur un éventuel lien entre ces deux annonces.

    Avec notre correspondant à Marseille, Stéphane Burgatt

    Opération coup de poing à Gémenos : la sortie de l’usine Gemalto est cadenassée par les grévistes en colère. Les salariés bloquent ainsi les expéditions du jour.

    Car ici c'est l'incompréhension. Philippe Canivet, délégué syndical Unsa, dénonce ce plan social lancé par une entreprise rentable. Certes, le marché de la carte à puces se tasse, notamment aux Etats-Unis, mais « 300 millions d’euros de bénéfice, ce n’est pas une zone rouge ».

    Le syndicaliste s’étonne aussi du recoupement de calendrier, avec une annonce qui arrive parallèlement avec une offre de rachat du groupe informatique Altos. « On est pas dans un plan social économique, mais dans un plan social de rationalisation, pour habiller la mariée pour le futur acheteur ».

    A l’approche de Noël, c’est la réalité du chômage qui est promise en cadeaux à de nombreux salariés. C'est le cas de Martine Blanc, qui travaille au pôle financier de l’entreprise. « Mon poste est jeté. Jeté à la poubelle » s’indigne-t-elle d’une voix en colère. A 62 ans, elle s’alarme d’une décision qui leur « tombe dessus du jour au lendemain » et touche des « gens qui ont des difficultés financières, des crédits ».

    Gemalto, de son côté, justifie cette réorganisation par une volonté de « sauvegarder sa compétitivité » au terme d’une année 2017 déjà marquée par un plan d'économie et une chute de sa valeur boursière.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.