GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Novembre
Lundi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Colombie: la mairie de Bogota décrète le couvre-feu dans trois quartiers populaires
    • CAN U23: l’Égypte sacrée après sa victoire en finale face à la Côte d’Ivoire, 2-1 ap
    France

    Affaire Lafarge en Syrie: les ex-dirigeants du cimentier se contredisent

    media L'ex-PDG de Lafarge, Bruno Lafont. ERIC PIERMONT / AFP

    L'instruction sur l'affaire de versements du cimentier Lafarge aux jihadistes syriens se heurte aux déclarations contradictoires des dirigeants du groupe. Selon des informations, l'ex-PDG de Lafarge nie avoir été informé de tels versements avant une date tardive.

    L'ex-PDG de Lafarge Bruno Lafont a affirmé devant les juges d'instruction n'avoir été informé qu'en août 2014 de versements à des groupes jihadistes, dont le groupe Etat islamique, afin de pouvoir continuer à travailler en Syrie. Mais son numéro 2, l'ex-directeur général adjoint Christian Herrault, en charge de la Syrie, prétend, pour sa part, qu'il a rendu compte à son supérieur de l'existence de tels financements dès 2013.

    Ces deux ex-dirigeants de Lafarge font partie des six cadres mis en examen dans l'affaire du versement, entre 2011 et 2015, de 13 millions d'euros aux factions armées syriennes.

    L'ex-PDG ajoute que, peu favorable à cet accord financier avec les jihadistes, il avait alors décidé de la fermeture de l'usine. L'usine a été conquise par le groupe Etat islamique quelques semaines plus tard.

    Un investissement de 600 millions d'euros

    Mis en examen pour mise en danger de la vie d'autrui et financement du terrorisme, les dirigeants de Lafarge dont le PDG de l'époque nient avoir voulu protéger l'investissement de plus 600 millions d'euros que représentait cette cimenterie du nord de la Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.