GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Elections municipales et régionales en Pologne: premier test pour les conservateurs depuis 2015
    • Justice: le tueur en série Michel Fourniret confronté ce vendredi chez le juge à son ex-épouse (avocat)
    • Afghanistan: l'attaque des talibans n'aura pas d'effet sur la situation dans la province de Kandahar (Jim Mattis)
    France

    Santé: 11 vaccins obligatoires à partir du 1er janvier, malgré la défiance

    media Une infirmière vaccine un patient lors d'une campagne de vaccination à Nice en octobre 2015. REUTERS/Eric Gaillard

    A partir du 1er janvier 2018 en France, les vaccins obligatoires passeront de 3 à 11. Cette décision soulève une controverse animée par des anti-vaccins très actifs sur les réseaux sociaux notamment. Plus de 40% des Français doutent de l'efficacité des vaccins et il y a aujourd'hui une défiance vis-à-vis de cet outil de prévention des maladies.

    Les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 devront désormais être obligatoirement vaccinés contre 11 maladies contre 3 auparavant. Aujourd’hui, plus de 40% des Français mettent pourtant en doute ces vaccins qui suscitent toujours plus de défiance dans la population et de plus en plus de personnes se posent la question de faire ou non vacciner leurs enfants. Mais Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine en 2008, se veut rassurante.

    « Le vaccin peut être considéré comme un médicament. Il n'y a aucun médicament qui n’a aucun risque, mais le bénéfice par rapport aux risques est immense, assure-t-elle. C’est quand même grâce à la vaccination qu’on n’a plus la variole, qu’on est en train d’éradiquer la poliomyélite, qu’on voit une mortalité infantile qui est en train de diminuer dans le monde entier. J’estime que les vaccins ont démontré leur efficacité. Et moi ce qui m’intéresse le plus au monde, c’est d’améliorer la santé au niveau mondial, y compris dans les pays les plus démunis. Et la composante vaccin en fait partie ».

    En France, la vaccination a également permis de faire totalement disparaître chez les plus jeunes la diphtérie, le tétanos et de faire pratiquement disparaître certaines méningites. Mais les niveaux de couverture vaccinale sont insuffisants pour certaines pathologies pour lesquelles la vaccination n'est aujourd'hui que recommandée, comme la rougeole.

    A (RE)ECOUTER → L'importance des vaccins

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.