GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 23 Octobre
Mercredi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Erdogan et Trump d'accord sur la «nécessité d'éclaircir» l'affaire Khashoggi (présidence turque)
    France

    La marge de manoeuvre resserrée de Wauquiez pour incarner l'opposition à droite

    media Laurent Wauquiez, capitaine des Républicains, tente de tenir la barre ferme, dans la houle qui secoue son camp. AFP/Nicolas Tucat

    Largement élu dès le premier tour à la tête des Républicains début décembre, Laurent Wauquiez voit se profiler une année 2018 pleine de défis pour tenter de replacer la droite dans son rôle de principal opposant au gouvernement, après l'échec de François Fillon à la présidentielle et la nomination du juppéiste Edouard Philippe à Matignon. La marge de manoeuvre du nouveau patron de LR semble toujours très étroite, d'autant plus que son leadership est contesté au sein même de son propre parti.

    Laurent Wauquiez en est convaincu « les valeurs de la droite sont les valeurs centrales de la France ».

    La droite républicaine a donc vocation, estime-t-il, à redevenir très vite la principale opposition de l'exécutif, loin des « caricatures de la France insoumise et de l'extrémisme du Front national ». La tâche s'annonce pourtant extrêmement compliquée pour le nouveau patron de la droite, alors que l'aile modérée de sa famille politique menace toujours de faire dissidence - Xavier Bertrand a déjà claqué la porte du parti et, certains comme Alain Juppé ou Christian Estrosi ne cachent plus leur sympathie pour l'actuel gouvernement.

    Mais le plus ardu reste sans doute de trouver à quoi s'opposer, face à un gouvernement dirigé par un Premier ministre de droite. La grande majorité des députés LR a déjà voté à l'automne la réforme du code du travail, il leur sera difficile en janvier de s'opposer au projet de loi sur l'immigration, comme il leur sera difficile également de ne pas soutenir l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

    Reste le social, et la question de la hausse de la CSG qui devrait mécontenter notamment les retraités. La droite devrait s'en emparer en espérant que la grogne fasse vaciller les cotes de confiance toujours très hautes du président et du gouvernement. Et redonne un peu d'oxygène à l'opposition.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.