GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Le rapatriement des enfants de jihadistes français, un sujet délicat

    media Des combattants irakiens posant devant un symbole de l'Etat islamique. AHMAD AL-RUBAYE / AFP

    Trois enfants de jihadistes français partis en Irak ont été rapatriés en France par la Croix-Rouge. Ce premier retour pourrait en appeler d’autres, puisque près de 400 mineurs de moins de 15 ans se trouveraient toujours en Syrie et en Irak. Mais alors comment les prendre en charge ? C’est une question à laquelle les autorités françaises ont bien du mal à répondre.

    Il s’agit déjà de savoir si la France doit rapatrier tous les mineurs : certains d’entre eux savent à peine marcher et n’ont connu que la guerre. D’autres sont plus âgés et ont été embrigadés. Pour Lucile Marbeau, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge, une chose est sûre : un enfant reste un enfant, quels que soient ses parents.

    « C’est vraiment cette condition de vulnérabilité d’enfant qui est prise en compte dans ce type de mission, explique-t-elle. Et, comme tout enfant ayant vécu dans des zones de conflits, ils ont vécu des traumatismes. C’est une évaluation qui se fait au cas par cas pour voir quel est l’intérêt supérieur de l’enfant ».

    La Croix-Rouge n’a prévu aucun nouveau transfert d’enfants

    Une fois revenus sur le sol français, le calvaire est loin d’être terminé pour ces enfants. Puisque vient la question du droit, de la prise en charge, comme l’explique Vincent Brengarth, l’avocat des trois enfants rapatriés :

    « La situation est relativement inédite. C’est la première fois que le rapatriement d’enfants qui se trouvent dans une zone de combats est permis. C’est du droit qui est en train de se construire. On peut espérer que, pour l’Irak, la solution soit reproduite pour d’autres enfants. Mais, en revanche, pour la Syrie, tout reste à faire, puisque la France n’a pas de représentation en Syrie. »

    Pour l’instant, Lucile Marbeau assure que la Croix-Rouge n’a prévu aucun nouveau transfert d’enfants. Mais l’organisation se tient prête à répondre aux sollicitations de l’Etat. L’Etat qui compte appliquer la règle du « cas par cas » pour ces mineurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.