GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Janvier
Mercredi 17 Janvier
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Aujourd'hui
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: les agents de sécurité privée peuvent désormais être armés

    media Des agents de sécurité privée à la fanzone de la Tour Eiffel pendant l'Euro de football 2016 à Paris. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

    C'est l'un des changements que de cette nouvelle année 2018 et c'est une petite révolution dans le monde de la sécurité en France. A compter de ce lundi 1er janvier, les agents de sécurité privée peuvent être armés d'une matraque, d'une bombe lacrymogène ou même d'une arme à feu. Ce dispositif reste très encadré et suscite également de nombreuses critiques.

    C'est l'ancienne majorité qui avait voté cette mesure en mars 2017, mais le gouvernement actuel, ministre de l'Intérieur en tête ne la renie pas le moins du monde.

    Pour Gérard Collomb, dans un contexte de menace terroriste forte, il faut un « continuum de sécurité ». Entendez par là un dispositif qui va des forces de sécurité publique, comme la police jusqu'à la sécurité privée, celle que l'on trouve par exemple à l'entrée de grands centres commerciaux.

    Ses agents peuvent donc dès ce lundi 1er janvier être armés. La plupart du temps, il s'agira d'armes non létales, comme des matraques ou des bombes lacrymogènes. Mais le décret prévoit également que dans certains cas, ils puissent  porter des armes à feu. Pour cela, il faut que leur mission les expose à un risque « exceptionnel d'atteinte à leur vie » comme le précise le texte.

    Les 170 000 agents de sécurité privée en France n'auront donc pas tous un pistolet à la ceinture, loin de là. Mais cette nouvelle disposition inquiète tout de même. La Commission nationale consultative des droits de l'homme s'en est par exemple émue, craignant une banalisation de la présence armée dans l'espace public. Elle estime également que la sélection, la formation, et l'encadrement de ces agents privés sont très éloignés de celles des forces de l'ordre.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.