GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 23 Octobre
Mercredi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Erdogan et Trump d'accord sur la «nécessité d'éclaircir» l'affaire Khashoggi (présidence turque)
    France

    Intrusion dans la centrale nucléaire de Cattenom: Greenpeace devant la justice

    media La centrale nucléaire de Cattenom (Moselle) a été investie pour la première fois par des militants de l'ONG environnementale Greenpeace, dans la nuit du 12 octobre 2017. Vivien Fossez/Greenpeace/Handout

    Ce mercredi 3 janvier, Greenpeace France comparaît devant le tribunal correctionnel de Thionville : huit de ses militants s'étaient introduits sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom le 12 octobre 2017 et avaient tiré des feux d'artifice pour alerter sur la vulnérabilité des sites nucléaires.

    Spectaculaires, ces feux d'artifice éclairant le ciel nocturne de Cattenom, le 12 octobre dernier. Mais d'où étaient-ils tirés exactement ? Loin des parties sensibles du site, selon EDF et la préfecture de la Moselle. Mais Greenpeace affirme au contraire que ses militants se trouvaient au pied du bâtiment abritant la piscine à combustibles, donc, dans une zone à haut risque.

    Mais la sûreté des installations nucléaires n'est pas le sujet de ce procès contre Greenpeace France. Il y sera question de l'intrusion sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom, en réunion et avec dégradation.

    Le directeur général de Greenpeace France poursuivi

    Pour la première fois, non seulement les militants, mais aussi le directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard, sont poursuivis. Ils encourent jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

    Il n'empêche : la question de la nécessité ou non de telles actions se pose. L'opération a alerté l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, qui a invité EDF et les autorités à en tirer les leçons. Et une commission d'enquête parlementaire « sur la sûreté et la sécurité » des installations nucléaires sera créée.

    Le procès des militants pourrait, lui, être renvoyé. L'avocat de Greenpeace France a indiqué ne pas encore avoir reçu les conclusions de son confrère d'EDF.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.